RÉCIT ET PROPOS | country appalachia vanlife

Bienvenue sur le blogue de Vert l'Aventure. Cliquez en bas de votre téléphone sur "afficher la version web" pour une meilleure navigation. Les liens pour me suivre sont en bas du blogue et sur Travel Book. 

GPS Travel Book facebook galerie


16 mai | Versailles, Central Kentucky 

Daniel Boone arriva sur le piton rocheux à Pilot Knob par l'est et surpombla la plaine ondulée du Kentucky en la découvrant. J'ai passé ma première nuit à Kentucky Horse Park de Lexington et j'ai débuté ma première sortie d'une longue série, West Horse Ride. J'ai fait 50 kilomètres dans un paysage qui m'était complètement inconnu jusqu'à présent et qui est absolument éblouissant, les "bluegrass". J'ai eu l'impression de quitter les États-Unis pour atterrir en Angleterre. Les ranchs de chevaux dans les bluegrass sont absolument magnifiques, les terres gazonnées à perte de vue et la quantité de clôtures en bois ou de roches sont uniques dans le pays. Les clôtures en bois sont doublées à Lexington, comme ça les chevaux ne risquent pas de sauter par dessus. 

J'ai débuté à Keeneland, un piste de course derby, le deuxième en importance après celui de la capitale, Louiseville. Tout est tellement propre et vert, c'est une pure merveille de mouliner dans ce décor, je réalise un vieux rêve. Le phosphate et le calcium dans le calcaire contribue aux nutriments des herbes et des animaux notamment le cheval. Kentucky signifie en indien "meadow land". La rivière Kentucky dans le calcaire a creusée de profondes gorges à certains endroits. J'ai roulé très lentement aujourd'hui et c'est la journée que j'ai pris le plus de photos, tout est tellement beau et apaisant. Le cheval au Kentucky est une affaire sérieuse et une véritable industrie. 

Les exporateurs et gouverneurs Clarke et Lewis avaient été en France et en Angleterre et ramenèrent l'idée d'implanter des ranchs de dressage dans l'état. Les gens passionnés de chevaux s'installèrent au Kentucky pour l'amour des chevaux notamment les gens de la Virginie et du Maryland. Le climat, la géographie et la richesse du sol contribue à la vitalité du cheval. Il y a déjà eu des bisons mais avec l'arrivée des blancs ils sont aller plus à l'ouest. Lexington est très étendue comme plusieurs villes des USA. À la hauteur de Lexington on est plus dans le sud et l'accent est moins prononcé, les "public square" sont devenus des artères principales (main street). Le nord, l'est et le centre de l'état sont intéressants mais pas l'ouest ni le sud selon moi. La justice est très stricte au Kentucky, sur mon parcours à vélo j'ai rencontré quatre centres correctionnels et la police a l'air plus intransigeante. Les classiques clôtures blanches laissent la place aux clôtures noires enduites de produits afin qu'elles ne se détériorent moins rapidement. Des clôtures de roches issues de traditions écossaises ont 250 ans. Les ranchs ou fermes à chevaux sont des immenses domaines privés avec des gardes de sécurité. Ce qui inquiètent c'est que les promoteurs immobiliers chaque année achètent des fermes pour bâtir des quartiers complets de maisons neuves et ainsi agrandir la ville de plus en plus dans une indifférence affolante. 

Ce soir je dors à Versailles près du château en périphérie de Lexington prêt pour ma seconde randonnée à vélo demain matin. Ma planification des sorties de vélo au Kentucky du centre et du nord semble bien fonctionné, ce fut ardu de l'établir. La chaleur a cassée aujourd'hui à ma plus grande satisfaction. L'été dernier à mon voyage en Colombie Britannique avec Béa j'ai passé deux mois à 40 degrés en plus des feux de forêts, je ne suis plus prêt à revivre cela. 

15 mai | Lexington, Kentuky

La plus haute montagne du Kentucky est Black Mountain à 1256 mètres. Le Kentucky est bordé par sept états différents. J'ai traversé en van une longue route panoramique au nord de Daniel Boone National Forest, c'était très beau et très sinueux. Pas de voitures du tout. J'ai visité le vieux fort de Daniel Boone à Boonesborough sur la Kentucky River. L'histoire est très riche et est constituée de nombreuses batailles contre les indiens et les sudistes afin de conquérir les terres nouvellement découvertes à l'ouest de la Virginie. Ce soir je suis en périphérie de Lexington, la capitale mondiale du cheval. C'est la deuxième plus grande ville de l'état après Louiseville la capitale. Lexington est une ville où il fait bon vivre, le sol est très riche et la culture exubérante. Je possède un guide de 25 parcours de vélo autour de Lexington. J'en ai sélectionné onze à ce jour car je ne pourrai pas tous les faire. C'est pas facile de choisir mais je vais y arriver car c'est mon objectif. Cette étape à Lexington j'y ai bien pensé et désiré. Je suis au Kentucky Horse Park au nord-est de la ville et serai prêt demain pour ma première sortie à vélo dans ce nouveau décor particulier et intriguant. J'en aurai pour quelques temps autour et dans la ville qui porte une attraction sur moi.

14 mai | Corbin, Southern Kentucky

J'ai traversé Daniel Boone National Forest en van, des orages ont éclatés. Daniel Boone était un héros mythique folklorique américain, explorateur et militaire né en 1734. Il a ouvert des chemins de la Virginie au Kentucky. Le Kentucky fut neutre pendant la guerre civile et fut un état esclavagiste moindre que ses voisins du sud. Le Kentucky est entre le Midwest et le sud profond. J'ai de la difficulté à comprendre les gens dans l'état et eux aussi. Je dors à Corbin où le colonel Hartland Saunders a ouvert son premier restaurant dans un garage en 1930. J'ai été mangé son poulet frit bon à s'en lécher les doigts mais paraît-il qu'il était meilleur à ses débuts. Le restaurant est intégré à un intéressant musée qui m'a rendu nostalgique. Ce soir samedi je vais voir un spectacle "live" au Austin City Saloon à Corbin et je dors à quelques pâtés de maison sur le bord de la rivière. La chaleur caniculaire c'est estompée enfin.

13 mai | Kettle Valley Creek, Southern Kentucky

La police hier soir m'a gentillement de me déplacer à Russellville. J'ai dormi sur le terrain du stadium, c'est vraiment une jolie ville qui prospère avec de "l'old money". Au Kentucky je retrouve les plus belles routes observées jusqu'à présent et pas beaucoup de voitures. Les gens sont moins bavards et beaucoup plus conservateurs. La bière et l'alcool n'est pas vendus dans tous les comtés et si oui dans des "liquor store" comme en Pennsylvanie. C'est l'état des véritables "rednecks", des pickups et des grosses roulottes. Il n'y a pas beaucoup de cours d'eau et lorsque j'en rencontre, beaucoup d'affiches indiquent de ne pas stationné ou de payé. J'ai arrêté à Barren River Lake State Resort Park pour me baigner, prendre une douche, diner et m'y reposer sans frais car le préposé était absent. Bel endroit qui attend beaucoup de gros campeurs prochainement. 

À Gamalie sur la frontière avec le Tennessee j'ai mangé un BBQ typique dans un "shack". 9$ incluant steak, porc et poulet en grande quantité avec sauce piquante, une aubaine que l'on retrouve que dans les bleds perdus campagnards. Il y a des communautés "shaker" dans ce coin, j'ai acheté du pain au millet avec miel et des "brownies". Le Kentucky fait parti de la "bible belt", les slogans religieux affichés partout font place en plus à des versets bibliques le longs des routes et au-dessus des commerces. Les gens sont très majoritairement blancs à 97 pourcent d'origines brittaniques, écossaises et allemandes. C'est un état complément rural avec beaucoup de fermes et de chevaux. Après Tompkinsville j'ai pris une petite route vers un "free ferry" pour traverser Cumberland River, j'y étais seul et sur la route aussi. De l'autre côté des vallées et des paysages montagneux magnifiques m'y attendaient. Je me suis arrêté dans un pré bordant une chapelle et une rivière à l'eau claire remplie de poissons. Dans la vieille chiotte une famille d'oiselets avait pris demeure dans le sac de sciures de bois, je croyais que c'était des chauve-souris. Kettle Valley Creek est un oasis de calme, je suis complètement dépaysé. Le véritable voyage pour moi est presque toujours dans l'arrière-pays (backcountry) mais ça dépend des goûts et aussi si vous êtes un voyageur ou un touriste, c'est un débat intéressant maintes fois abordé. 

"Bluegrass state country". Il n'y a rien de bleu sauf peut être l'herbe mais elle est plutôt verte. "Bluegrass country" est la région autour de Lexington mais la véritable musique "bluegrass" provient de l'ouest du Kentucky avec le banjo et le violon. Il y a trois grandes régions géologiques, "Inner bluegrass" caractérisé par de petits vallons, de rondes collines et les vallées, le sol est très riche en phosphate et d'autres nutriments. C'est pour cette raison que les chevaux y sont plus beaux car l'herbe est très nourrissante. Plus l'herbe est riche meilleure sera la viande par exemple la Toscane en Italie qui est une véritable biodiversité des plantes et du fourrage mais c'est une autre histoire. Le bluegrass est l'un des meilleurs endroits pour le cyclotourisme aux USA. Mon guide contient 25 circuits autour de Lexington qui est la capitale mondiale des chevaux. Le paysage qui symbolise le Kentucky est représenté par les clôtures blanches et des collines particulières unique aux USA. La capitale est Louiseville. Ensuite "Eden Shale Belt" dont les collines sont plus grandes et plus boisées, les fermes et le sol sont plus pauvres, ensuite "Outer bluegrass" qui ressemble à "Inner bluegrass" mais le sol est plus pauvre. L'Ohio River délimite au nord les "bluegrass", les "Knobs" à l'ouest qui sont de plus abruptes montagnes. La géomorphologie de l'état est très varié passant de la plaine à l'ouest aux plus grandes montagnes vers les Appalaches vers l'est. L'est du Kentucky est beaucoup plus beau que l'ouest qui s'identifie aux états de l'Illinois, de l'Indiana, de l'Iowa et de l'Ohio et qui s'apparente à la "Rust Belt" (ceinture de rouille) qui représente le déclin d'un empire industriel.

12 mai |Russellville, Kentucky

Juste après Princeton le paysage se révéla enfin dans toute sa splendeur au Kentucky à comparer d'hier après-midi. De petites montagnes vertes agrémentent mon passage. La chaleur est telle que je dois ralentir mes ardeurs. Je fais la sieste dans un immense "shelter" et je me baigne sur du lac aux eaux brunâtres à Pennyrille Forest Resort Park. Il y a des travaux, j'y suis seul et sur les routes rurales aussi. C'est très agréable conduire au Kentucky. Ça faisait longtemps que je n'avais été aussi bien car le Tennessee est assez intense comparativement au Kentucky. Curieusement mon abri se nomme "church shelter" par sa dimension, c'est le thème du voyage il me semble. Une brise me rafraîchit sur le promontoire donnant sur Beshear Lake. 

Je peux dire maintenant que j'ai repris mon entrée au Kentucky car hier les paysages n'étaient pas à la hauteur de mes attentes. J'ai passé du temps à questionner des gens à savoir les meilleures routes à prendre et je crois connaître les directions maintenant pour le nirvana. À souhaiter que les températures rafraîchissent car je vis la météo de juillet ces derniers jours. Dans le parc il y a des abris pour s'abriter en cas de tornades et de grosses bâtisses dans les villages. Je dors dans une jolie ville ce soir à Rusellville en face d'un musée qui a déjà été une plantation où demeurait beaucoup d'esclaves. La ville à 7,000 habitants. Il y a un beau quartier avec des arbres immenses qui font de l'ombre et de vieilles et belles grandes demeures du siècle dernier. Des gouverneurs jadis de l'état vivaient ici. Dans une ancienne banque Jessie James a volé la banque et tué le président. Jessie James avait un frère et venait du Missouri. Il était né en 1847 et tué à 45 ans. 

11 mai | Princeton, Kentucky

Journée caniculaire à vélo au départ de Guthrie avec 40 degrés incluant l'humidex. 55 kilomètres sur terrain plat la moitié au Kentucky et l'autre moitié au Tennessee. Le Kentucky est un état très rural "farmland". La différence entre le Tennessee et le Kentucky c'est comme partir du Québec pour arriver en Saskatchewan. La population au Tennessee est 7,000,000 millions, le Kentucky 4,500,000 et West Virginia 2,000,000. La densité au Tennessee est plus grande, l'économie excellente et diversifiée. Au Kentucky il y a peu de voitures sur les routes, les gens sont davantage conservateurs et tout y est plus lent. La différence est évidente entre ces trois états. 

Le monde c'est développé par les voies maritimes au début et les villes portuaires et avec les chevaux, les diligences puis vinrent les chemins de fer qui développa considérablement le monde. L'économie et les populations étaient reliées aux trains. C'est pour cette raison qu'il y autant de villes qui semblent abandonnées car les trains de passagers n'arrêtent plus. Maintenant l'économie est reliée aux voitures et aux transports terrestres, ce sont près de ces carrefours d'autoroutes que les gens se regroupent et travaillent dorénavant. Les chemins de fer dans leurs décroissances ont fait dépérir ces villes et villages qui n'ont du se transformer. À Guthrie en 1909 douze millions de livres de tabacs étaient produits et on y ajoutait sept pourcent de nicotine. Des troubles sont arrivés et l'économie du tabac dans la région a décliner. Après ma "ride" de vélo une "volunteer" à Guthrie m'a ouvert la porte, spécialement pour moi, de la maison de naissance du premier poète aux USA à mériter trois prix Pulitzer, le premier pour ces poèmes et le second pour une fiction. Les autorités veulent en faire un musée. Son nom est Robert Penn Warren et ses œuvres et sa biographie sont sur internet. J'ai passé en van dans "Land between the lakes recreation forest" ça m'a pas plus, s'y rejoignent la Tennessee et Cumberland River qui se déversent dans l'Ohio River. J'ai pris plus de temps qu'à l'habitude pour trouver mon "spot" aujourd'hui, j'y suis arrivé à Princeton précisément à Big Springs, un parc urbain de ce qui reste de la ville qui a trop dépendu des trains comme bien d'autres. Big Springs Cherokee Camp fut une halte sur Historic Trail of Tears, une rivière souterraine émerge dans le parc sous la ville. Toutefois l'endroit est typique, pas touristique et ça me plait. Il faut avoir un vélo en ordre pour le sud profond des USA car les boutiques de vélo sont très rares voir inexistantes, sinon avoir des connaissances mineures pour les réparations. Je vais prendre un atelier un de ces jours dans mes temps libres.

10 mai |Guthrie, Tennessee, Kentucky

Je suis arrivé à Guthrie pour un départ à vélo demain. La petite ville est à cheval entre le Tennessee et le Kentucky. Je me suis garé dans le fond d'une cour d'une chapelle et des membres d'un oncle noir qui habite à côté vienne voir qui je suis. C'est pas mal plus accueillant qu'une ville touristique où tu es seul dans la foule.  J'ai passé à Clarksvile au Tennessee et c'est la ville la moins agréable à ce jour à cause du trafic et du nombre considérable de commerces franchisés. Il y a une grande base militaire à Clarksvile au Tennessee, Fort Campbell qui amène ici beaucoup de familles. Le centre-ville fait quelques rues à peine mais l'agglomération est immense. À première vue le Kentucky me semble davantage rural et paisible. C'est près d'ici à Mayfield qu'il y a eu la plus meurtrière tornade au Kentucky l'automne dernier. Je trouve mon voyage extraordinaire, ça faisait longtemps que je voulais arpenter tous ces états du sud. À la fin du voyage je ferai un compte-rendu détaillé des meilleurs et moins bons secteurs et les recommandations. Je rêve depuis longtemps de faire du cyclotourisme au Kentucky, j'ai un guide qui contient plus d'une cinquantaine de parcours. C'est un endroit pour rouler car le territoire est parfaitement vallonné pour la pratique du vélo. J'y reviendrai pour le confirmer plus tard car je compte arpenter l'état que je vais découvrir dans les prochaines semaines. 

Beaucoup de grandes villes américaines ont littéralement détruites des quartiers complets de maisons patrimoniales pour ériger des grattes-ciel de verre. Beau dégât dans certains cas et dans certaines villes quelques pâtés de maisons ont été sauvegardés. C'est curieux de voir que les américains sont farouches dans certains cas pour conserver leurs traditions et leurs patrimoines et dans certains cas, tragiquement, constater la disparition complète de belles demeures et communautés dans les centres villes. Société paradoxale, le pays de la démesure, c'est ce qui le rend séduisant.

9 mai| Nashville, Tennessee

Nashville est une ville prospère depuis sa création et rayonne dans tout l'état. La ville est très étendue et très verte avec de petites collines. Le niveau de vie est élevé et la ville est attirante pour plusieurs qui veulent y aménager. Le coût de la vie est plus élevée et les plus pauvres ont tendance à vouloir s'installer ailleurs. Je me suis franchement régalé de cette furieuse ambiance et comme toute bonne chose a une fin je passe la nuit tranquille en périphérie à Ashland sur la rive de Cumberland River dans un beau grand parc.


8 mai | Nashville, Tennessee

Lorsque j'ai fêté mes 18 ans j'étais sur l'île de Maui à Hawaii. J'y étais pour quatre mois et j'y travaillais. Pour mon anniversaire un américain m'avais donné un gâteau, j'étais dans Haleaka Crater National Park de l'île qui est un immense volcan éteint où l'on peut marcher des journées entières. Lorsque j'ai quitté cette île j'avais fait une erreur et au retour à Québec, une dépression m'affecta. Je me suis repris en gagnant ma vie dans le tourisme d'aventure. Et voilà maintenant je suis de retour dans l'aventure non planifiée et ce sont les plus mémorables.


"This is the world country music city, this is it". Nashville. 2,000,000 personnes avec l'agglomération et 700,000 la ville de Nash. Las Vegas est tranquille à côté de Nashville. L'université Vanderbilt fut fondée pour renouer les liens entre le nord et le sud. C'est la 14ème aux USA pour son prestige. Nashville est de loin la meilleure destination aux USA pour la musique pop, rock, gospel, americana, bluegrass, jazz, classique, musique chrétienne contemporaine, blues et soul. Ici témoigne une vigueur artistique exceptionnelle et une énergie y est présente de façon considérable. Avec plus de 120 bars et établissements de musique "live" à travers la ville, il est impossible de s'y ennuyé si on aime la musique. Il y a un bar avec spectacle un à côté de l'autre sur quatre pâtés de maisons. Les américains savent bien s'amuser et je trouve que le Québec reflète davantage de morosité parfois. Ces bars sur "Broadway" de Nashville sont absolument un pur délice, j'aime la musique country, j'aime Nashville et ses vibrations.


À la radio rock classic music "all the time". La ville n'est pas désagréable et pas trop grande, c'est très propre, Natchez Trace Parkway par le sud est une très belle entrée pour Nashville et par la route 100. J'ai marché quelques kilomètres sur Natchez Old Trace avant d'arriver. Les pâtés de maisons des bars sont bondées du matin au soir et tous les bars sont pleins. Je suis au Honky Tonk Central Bar, du bon country à son meilleur. Les femmes sont sexy partout, jambes longues, jupes courtes disais-je et portent chapeaux et bottes de cowboy. Ce sera ma plus grande et seule ville du voyage et je ne voulais pas raté ça. Les masques pour la pandémie ça fait longtemps que j'ai oublié et dans les bars ça faisait deux ans que je n'y avais mis les pieds sinon plus. Je me sens très dépaysé, pas comparable un instant avec l'ouest canadien. J'ai choisi un dimanche pour entrer à Nashville, pas de trafic, je vais dormir dans une rue près du centre ville, demain je verrai ou le vent m'amenera.


7 mai | Merithever Lewis Campground, Natchez Trace Parkway, Tennessee

Elvis Presley vivait à Memphis au Tennessee mais était né à Tuledo au Mississippi à l'endroit où passe Natchez Trace. Pendant des siècles les indiens utilisaient ce sentier qui passait sur des endroits secs, stratégiques et sûrs. Le sentier s'est élargit et les pionniers, commerçants et wagons postaux du midwest passaient sur la trace pour se rendre au Mississippi et à New Orleans. Cette route panoramique est vraiment belle est beaucoup moins touristique que Blue Ridge Parkway.


"Make the america great again" est une phrase pour animer les vieilles générations sur le retour d'un passé nostalgique et gagner la ferveur de l'électorat. Je me rencontre en voyageant aux USA que le pays est grand et en même temps petit. J'aime l'histoire de ce grand pays contradictoire et vigoureux, de ces espaces insoupçonnées et mystérieux, du caractère flegmatique anglo-saxon. L'humour est différent du nôtre et l'approche avec les gens s'effectue avec beaucoup de gentillesse et de politesse. L'arrogance, la critique et les jugements n'ont pas bonne mine pour s'émincer dans la discussion. Ce peuple ne ressemble peu à nous "french canadian" sauf par la marchandise et le consumériste qu'on importent de nos voisins. Tous ce qui est attrayant à Québec on le doit aux anglais; Fortications, Terrasse Dufferin, Plaines d'Abraham, Château Frontenac, quartier Montcalm et sa canopée, Sillery.


Je suis à Merithever Lewis Campground, ce militaire important et expéditeur c'est suicidé à l'endroit où je me trouve. Il fut avec William Clark les premiers américains à ouvrir un chemin de St Louis au Missouri jusque sur la côte ouest du Pacifique 
en Oregon. "Lewis and Clark Expedition" fait parti de l'histoire des USA et de la conquête de l'ouest. Lewis fut gouverneur de la Louisiane et Clark du Missouri. Cette histoire est très intéressante. Ma randonnée aujourd'hui à vélo vers Ethrigde fut passionnante par l'arrêt pour dîner à une ancienne gare d'autobus Greyhound des années 1940 qui n'a pas changée, les propriétaires se sont relégués sur trois générations. Un véritable musée s'offre avec surprise, un musicien jouait du country à la guitare, cet arrêt a fait ma journée. En face il y avait un immense marché aux puces Amish, le véritable farwest. Très froid et gris aujourd'hui, je fut content de ma sortie, mes jambes se renforcent considérablement. Je me souvenais des mes voyages en mer du Nord en Hollande avec cette température. J'y ai fait sept fois le tour à titre de guide. Je rencontre beaucoup de gens aimable donc un homme et sa fille de Chicago qui revenaient de vélo ou l'on a échangé, ils m'ont offert des barres tendres. Summertown sur ma route à vélo a  héberger dans les années 70 une communauté hippie de Stephen Gaskin que j'ai traversé "the farm" et qui existe encore, Ils étaient arriver par "schoolies" et westfalia de Californie pour refaire le monde. Il a mérité un prix Nobel pour la paix.


6 mai | Meriwether Lewis Campground, Honenwald, Natchez Trace Parkway, Middle Tennessee

La police est venu planter ses phares sur ma van avec une main sur son pistolet pour m'aviser d'aller dormir ailleurs. Ce qui était gênant c'est que j'étais au toilette à l'intérieur. Lorsqu'il a vu ma bonne gueule il a a été respectueux en me souhaitant bon voyage. Je suis aller dormir à un mille du parc sur le terrain d'une chapelle pour me rappeler que ce périple est un véritable pèlerinage. Duck River fait 325 milles et passe à Henry Horton State Park qui est le plus important site d'artéfacts préhistoriques artistiques à l'est des USA. 22 espèces de serpents y habitent, j'ai pas oser m'y baigner. Dans le sud des USA les centres villes se nomment "public sqare", ils sont souvent abandonnés car les marchands se situent sur les grandes routes périphériques aujourd'hui, on essaie de revitaliser ces places mais ça fonctionne pas toujours. J'ai passé prendre le lunch à Laurenceburg à la maison où a vécu David Crockett, défendeur des droits humains et héros populaire. Il y a même un "state park" à son nom.


Ce soir je campe dans mon premier et plus beau camping gratuit à Meriwether Lewis Campground à Honenwald sur Natchez Trace Parkway au Middle Tennessee. J'ai été référencé par mon ami Guy qui y était avec son campeur en février de retour d'Arizona, par l'application IOverlander et Rebecca qui habite dans une jolie maison blanche en face de celle de David Crockett. Je lui ai dit que j'étais sa réincarnation mais je crois que son chum ne m'aurais pas cru. Natchez Trace était une piste importante créé par les indiens en 1801 et longue de 708 kilomètres de Natchez au Mississippi vers Nashville au Tennessee en passant par l'Alabama. Longtemps
 cette piste était le seul chemin pour se rendre du Middle Tennessee au Mississippi. Cette route incontournable est magnifique avec ses grands arbres, son histoire et sa tranquillité. Elle est du genre Blue Ridge Parkway, les montagnes en moins. Depuis une journée complète il y a des orages violents et de la pluie, dans le "midwest" on me confirme qu'il y a beaucoup de tornades, les mois propices étant mai et août. Le climat dans le sud est subtropical humide. Je me repose dans mon camp mobile, le timming est parfait.

5 mai| Henry Horton State Park, Chapel Hill, Tennessee

Chaleur torride et humide, venteux et nuageux, le ciel est tropical. Circuit à vélo facile à modéré de 90 kilomètres sur un terrain plat et vallonné, "countryside", collines et du vert partout. J'ai arrêté au Cowboy saloon et restaurant d'Eagleville manger un "cinnamon roll" et un scone au bleut. Quatre pouces de beurre et de sucre, parfait pour mouliner. Au retour de ma "ride" un orage violent a éclaté juste au bon moment et ce soir des éclairs sans cesse. Il y a de la cuisine piquante dans le sud car lorsqu'il fait chaud à la moindre brise ça rafraîchit. Beaucoup de mexicains travaillent partout aux USA et je vois beaucoup de restaurants mexicains. Ils font les "jobs" que les américains ne veulent pas. Ce matin je suis aller chez le concessionnaire prendre mes pièces commandées, 18$ et un excellent service avec Austin, de plus j'ai trouvé 10$ au sol. Ce fut une petite victoire car en plus je devais aller dans une grande ville en van ce que je n'aime pas trop. Les banlieues sont très étendues en allant vers le "midwest". Le Tennessee est un état populaire chez les américains, plusieurs y aménagent car cet état est en effervescence dans tous les secteurs, le climat est bon et l'état ne prélève pas de taxes. Le loisir préféré de des américains est tondre le gazon. Ils affectionnent les beaux grands espaces verts et les arbres ont moins l'air malade que chez nous. Le monde rural à perdu beaucoup de ses forces aux détriments des villes en 100 ans à peine. Que ressembleront ces cités demain? Un monde se perd et un autre se crée. 

Je fais beaucoup de vélo dans mon périple. Jeune j'ai appris beaucoup en roulant en Nouvelle Angleterre, j'allais à New York et Boston par le Maine et le Vermont avec tente et sacoches. Je voulais devenir guide à vélo et parcourir le monde. Aujourd'hui je suis à la retraite et entre les deux je fut guide d'aventures. Je reviens à cette passion qui m'anime mais je suis mon propre guide maintenant. Ce soir je suis à Henry Horton State Park de Chapel Hill. Le stationnement est magnifique, j'entends les grillons mêlés de coups de feu. Le parc est petit, la rivière constitue l'élément principal. Ce voyage me fait vivre davantage le moment présent et me forge le physique et le caractère.

4 mai | Rockvale, Tennessee

À propos des chapelles, elles ont toutes un minibus pour aller chercher les fidèles chez eux et des terrains de jeux pour amuser les enfants. Sur un autre ordre d'idée j'ai fait un coriace 65 kilomètres à vélo aujourd'hui au départ de Tullahoma. Il y avait de bonnes côtes et des longueurs mais de beaux paysages sur l'autre moitié. C'est ma première randonnée au Tennessee, j'ai passé à côté d'une ancienne distillerie de whisky, Georges Orwell. Dans cette région de petites montagnes et vallons, tout est immensément vert. Au retour j'ai fait un détour en van pour aller chez le concessionnaire à Murfreesboro, une grande ville sans couleurs comme la plupart des villes, pour trouver deux petites pièces sur la van pas trop importantes, je ne laisse rien traîner. Les pièces sont commandées, je les aurai demain en fin d'après-midi. Ensuite je me suis rendu à Rockvale pour mon départ à vélo pour demain. Je suis derrière un stationnement d'une grosse et moderne école.

3 mai | Tullahoma, Tennessee

Ciel nuageux et venteux pour débuter le circuit à vélo "mountains and lakes" de Stevenson en Alabama. Parcours de 50 kilomètres. C'est une région isolé et très pauvre. Pas de voitures sur le parcours relativement plat mais une dizaine de chiens ont courus après moi, je commence à m'habituer. Cette fois-ci j'ai apporté mon GPS à vélo et me suis fait un brouillon à la main du parcours. Je me suis un peu trompé mais je commence à me faire la main. Sur un marais j'ai vu des milliers de tortues et il y a tellement de bouteilles et cannettes vides le long des chemins que je pourrait payer mon voyage en les ramassant. Il y avait beaucoup de chapelles encore et c'est par elles que les gens socialisent. Ce que je connais de l'Alabama est une sorte de désolation et de pauvreté. Le vrai sud sont; Georgie, Caroline du Sud, Alabama, Mississipi, Arkansas, Misouri et Louisiane. Les autres états c'est différent. J'ai suivi l'historique "trail of tears" qui fut le sentier dont les indiens Cherokee de la Caroline du Nord et du Tennessee entreprirent lorsqu'ils furent chassés de leur territoire. L'exode des indiens par le chemin des larmes ont détruit plusieurs communautés qui furent expatriés à l'ouest du Mississippi dans l'est de l'Oklahoma actuel.

Lorsqu'on traverse de l'Alabama au Tennessee on voit immédiatement la différence. Ensuite en van j'ai visité le "college town" de Sewanee au Tennessee. L'endroit se nomme la montagne et c'est le refuge du "South University". On y apprend la théologie, les arts libérales et la littérature. L'université à près de deux cents ans et à été créé par le diocèse de plus d'une dizaine d'états. L'architecture et la canopée est très brittanique et il y a la forêt de Sherwood à côté. Ensuite j'ai pris la route vers Tullahoma pour un prochain départ à vélo demain. Pizza succulente ce soir dans un restaurant pittoresque avec de la bonne musique country pour me récompenser de mon beau travail. J'adore ce voyage.

2 mai | Crown Creek Waterfowl, Stevenson Recreation Park, Tennessee River, Alabama

J'ai de la chance de pouvoir faire du plein air avec au retour un poêle, un frigo, de l'eau, un lit, un toit escamotable. L'heure a changée hier quelque part. Il y a des tas d'endroits gratuits pour dormir aux USA, je suis dans un de ceux-là, Stevenson Recreation Park en Alabama sur Tennessee River. C'est tellement calme, le parc fait 45 minutes à pied et j'y suis seul. Quelques jeunes font virer leurs pneus le soir mais ça m'est égal. Les palais de justice dans le sud sont plus gros, plus imposants. Les nuits et les matins sont frais. La rivière Tennessee à Stevenson est remplie de marais boueux et de méandres ce qui attirent beaucoup d'oiseaux migrateurs et de gros poissons. Je me sens bien dans cet environnement face à la rivière qui pourrait être un fleuve dans un autre pays. C'est une véritable voie de navigation qui a fait vivre de nombreux habitants et indiens. J'aime ces routes d'eau qui ont une histoire à raconter. Un train passe à chaque heure démontrant son importance. Journée de repos dans cet endroit ressourçant. Les employés du parc m'ont dit où prendre une douche chaude et m'on confirmé qu'il n'y avait jamais personne ici et que je suis le bienvenue, quel accueil. Seule cette petite région du Nord Est de l'Alabama possèdent des montagnes, c'est magnifique. J'ai fait la sieste cet après-midi à côté du marais et à ma grande surprise je me suis réveillé avec trois serpents noirs à dix pieds du hamac, j'ai déguerpis assez vite. C'est très chaud et très humide, j'ai pris ma leçon.

1er mai | Crown Creek Waterfowl, Steveson Recreation Park Tennessee River, Alabama 

"How are you today? J'ai fait du vélo sur "Ringgold Clayton Loop". 55 kilomètres de toute beauté, c'est mon second circuit avec "Ride with GPS". J'ai manqué une route et j'ai fait 10 kilomètres sur une route non planifiée. Toute la différence est là, en restant dans le circuit c'est le paradis mais s'il y a une erreur de parcours c'est une autre histoire. Je ne m'en fait pas car j'ai débuté avec un ciel orageux, humide et frais. Aucune circulation jusqu'à Collegedale au Tennessee au départ de la Georgie. Dans ce petit village uniquement universitaire les étudiants apprennent la morale et les valeurs, c'est une grande université adventiste. À côté une gigantesque usine qui fabrique des beignes de seconde qualité. Je m'habitue avec toutes ces routes qui tournent sans cesse. Sur l'application il ne faut pas prendre les parcours de Pierre ou Jean-Jacques. Ensuite en van je devais me diriger vers un autre départ à vélo pour demain au Tennessee en passant par Chattanooga, la quatrième plus grande ville de l'état avec 175,000 habitants. Il y a trois "interstates" à cette ville et beaucoup de commerces et de circulation, bref l'horreur. De plus je n'ai pas aimé du tout l'environnement du parcours à vélo qui débutais à Jasper au Tennessee. 

J'ai pris la décision de prendre la route vers l'Alabama le long de Tennessee River jusqu'à Stevenson. Cette ville est complètement abandonnée, seuls les pigeons et les hirondelles habitent ce qui reste d'historic town. En regardant de près j'ai vu "Stevenson Recreation Park" sur Tennessee River. C'est gratuit et vraiment beau, on y retrouve une jetée pour les petites embarcations. Ces dernières sont très rustiques. Je suis bien installé devant le coucher de soleil sur la rivière. Les vieilles embarcations ont d'immenses projecteurs pour attirer et pêcher le bass et des lumières soit bleues ou vertes autour pour mettre de l'ambiance. Lorsqu'elles passent elles dégagent une forte odeur d'essence et de marais stagnants en remuant l'eau. Je suis complètement dépaysé. Les bass sautent sans arrêt. La vie est rude dans le sud des Etats-Unis, les gens sont moins éduqués. Les habitations sont très modestes, de vieilles maisons mobiles, des bicoques. J'aperçois des pancartes électorales partout depuis mon départ. On vote pour le sénateur, le commissaire, le trésorier, le juge, le shériff, le président, le gouverneur, leurs assistants et j'en passe mais dans le sud le monde s'en fiche de la politicaillerie quoique ce soit nécessaire. Je campe dans un endroit qui me plaît beaucoup et je crois que je vais y rester pour accrocher mon hamac, mon pop-top et mon auvent. Il y a un parcours à vélo au départ de Stevenson "lakes and mountains", je regarderai ça plus tard.

30 avril | Ringgold, Georgia

J'ai fait ma plus belle randonnée à vélo aujourd'hui depuis le voyage. Une délicieuse boucle de 75 kilomètres. À mon étonnement je suis encore dans les Appalaches mais elles sont petites. Un circuit sans circulation avec de légères brises et des tunnels ombragés d'arbres gigantestesques. Des oiseaux de toutes les couleurs, des haltes près des ruisseaux. Valley et Pocket Road jusqu'à Rosedale et Subligna sont superbes. Si le paradis existe j'y suis près. Rouler sur des vallons dans des vallées entre la campagne et la forêt c'est de loin mes circuits préférés. Faut être vigilant et avoir un bon sens de l'orientation pour faire les parcours sans se perdre.


Les "scenic byway roads" sont de loin les plus belles, clairsemées et on les retrouvent dans chaque états. J'ai rouler plus loin en van après ma "ride" jusqu'à Ringgold en Georgie à 20 kilomètres du Tennessee et à ma grande surprise un spectacle en plein air m'y attendait pour le "saturday night". Ma van est située juste en face du "stage", on y joue du "folk music", c'est excellent, on dirait Bob Dylan. Ça promets pour la suite, je ne semble pas déranger les policiers qui sont à côté et qui sont moins intrusifs que lorsque j'étais plus jeune. Les gens ont presque tous beaucoup de kilos à perdre dans les parages, ils ont pas l'air de se priver sur la bouffe. À Chattanooga et Chikamauga sur la frontière du Tennessee et de la Georgie près d'ici on retrouve d'importants "battlefields" qui ont donné la victoire décisive en 1863 au Confédéré contre les Unioniste ce qui leur a permis de prendre le contrôle des chemins de fer.

29 avril | Villanow, Georgia

Un litre d'essence aux USA en dollars canadien est en moyenne 1$CAD, soit 3,50$US le gallon, le moins cher à ce jour. Je n'utilise pas beaucoup de données mobiles ce qui me donnera un rabais de 23$ par mois au prochain voyage aux USA. Je suis dans l'ombre d'un bled perdu du nom de Villanow ce soir en Georgie uniquement pour le parcours de vélo que je ferai demain. Il est possible d'imprimer des cartes et des feuilles de route dans l'application "ride with GPS". Ce site est bien fait mais complexe. Pour utiliser toutes les fonctions des frais s'appliquent. Je réussis toutefois à imprimer ce que j'ai besoin gratuitement dans les librairies. J'ai quitté les grandes montagnes pour des paysages ondulés à moitié boisés et champêtres. Je ne suis plus dans les grandes attractions touristiques de la Caroline du Nord et c'est bien ainsi. Ce sont les beaux parcours à vélo que je recherche avant tout. Atlanta est à une heure de voiture.

28 avril | Dahlonega, North Georgia

Journée de repos, yoga, changement d'huile, épicerie et librairie pour imprimer mes prochains parcours à vélo pour le nord-ouest de la Georgie. Les cartes routières sont de plus en us rares, on dit d'aller sur Google Map, c'est pas pareil et je réussi à en trouver. Dahlonega est une ville universitaire de 7000 personnes, il y a un pavillon dans le parc pour faire du yoga. Les américains sont polis et courtois partout et beaucoup plus de discussions sont envisageables aux États-Unis qu'au Canada selon moi. La réalité aux USA est bien différente qu'au Canada. Une ville riche est occupée par ses habitants à empiler davantage. 


27 avril | Dahlonega, North Georgia

L'aventure a été sur les chemins de terre avec la van pour dénicher le départ du sentier de Springer Mountain aujourd'hui. C'est le premier maillon de l'Appalachian Trail. J'ai débuté en passant à côté de la plus haute montagne de Georgie, Brasstown Bald à 1450 mètres pour ensuite prendre un très long chemin de terre en van d'où il m'était impossible de rouler à plus de 20 kilomètres à l'heure. Béa, ma van n'est pas conçue pour les chemins de terre et j'ai autres choses à faire que d'aller au lave-auto chaque jour. J'ai pas un véhicule 4WD et j'aime mieux les petites routes goudronnées, mais il me fallait à tout prix atteindre ce lieu symbolique, le mont Springer à 1146 mètres. Il y a plusieurs chemins de terre pour se rendre au départ du sentier de l'Appalachian Trail et c'est pas évident trouver le bon malgré les informations reçues. Il y avait beaucoup de randonneurs au sommet et surtout des "thrue hikers" débutant leurs périples sur 4 à 5 mois jusqu'au Maine. La vue et la forêt n'était pas resplendissante mais le défi valait le coup.  J'étais hésitant à descendre par un autre chemin de terre très abrupte jusqu'à Dahlonega à 20 kilomètres plus bas en petite vitesse. Personne ne passe pas là et je fut heureux d'arriver à mon "college town" douillet de Dahlonega pour une douche à Béa et moi-même. Les arbres sont moins gigantesques en Georgie et la configuration des villages est différente qu'au nord. Plusieurs maisons sont en bois avec de grands balcons comme en Louisiane et en Alabama. La ville de 7000 habitants a déjà été le premier "gold rush" aux USA en 1829. Bon repos pour moi ce soir car une nouvelle étape débute en me dirigeant vers l'ouest des Appalaches et l'Alabama.

26 avril | Vogel State Park, Chattahoochee National Forest, North Georgia

"Georgia on my mind" chantait Ray Charles. Journée en van sur cette musique en passant par plusieurs villages des Foothills sur une route historique des Appalaches au nord de la Georgie. Je campe en arrière d'une église. "Jésus is coming" est la phrase la plus mentionnée partout depuis mon départ. Un vent a tourné aujourd'hui ramenant des températures plus sèches curieusement à l'endroit le plus au sud de mon aventure. Je me prépare à d'autres randonnées pédestres dans les prochains jours. Mon but est de marcher vers Springer Mountain à l'endroit où débute l'Appalachian Trail. Le territoire montagneux est assez vaste au nord de la Georgie. Sur ma page Facebook toutes les images de mon voyage "appalachia vanlife" sont disponibles. Dans la galerie d'images je mets les meilleures. J'ai traversé un village assez "kitch" aujourd'hui du nom d'Helen. C'est un village touristique entièrement bavarois et modifié pour créer l'illusion. J'y ai passé rapidement. Il y a trois cultures évidentes que je découvrent depuis mon départ, celle de l'est des Appalaches moderne et plus développée, ensuite celle de l'ouest des Appalaches plus country que je ne déteste pas et celle du sud profond des Appalaches.

25 avril | Traveler's Rest, Toccoa, South Carolina

Plusieurs pays possèdent des rumeurs de leurs passés, de leurs traditions ancestrales. Aux États-Unis il y a cette ambiance bon enfant et naïf qui est dû par cette absence de lointain passé. L'Amérique est le nouveau monde et depuis environ 400 ans tout est à faire, tout est à bâtir d'ou provient la valeur du travail acharné et de la culpabilité devant l'oisiveté. S'arrêter n'est pas être nécessairement être oisif. Je me débrouille bien en anglais depuis longtemps, le fait de voyager seul me permet de penser en anglais davantage et être ouvert aux autres. Le dialogue j'aime bien quand je reste pas trop longtemps dans les discussions stériles. 

Voyager seul c'est prendre un recul avec ses habitudes, ses repères afin de se recentrer vers l'essentiel c'est-à-dire soi-même dans sa plus simple appareillage. Les peurs ne nous quittent pas mais dans les nouveaux horizons elles prennent une autre dimension. Mon corps et mon esprit s'harmonisent avec les lieux que je traverse sans aucun attachement. C'est une histoire qui ne s'achève jamais et qui se renouvelle sans cesse dans l'enthousiasme et la beauté. Beaucoup de touristes des états voisins chauds et plats notamment de la Floride viennent dans les Blue Ridge. Il y a beaucoup de circulation à certains endroits des Blue Ridge. J'ai traversé un hameau nommé Québec et personne dans ce bled perdu ne connais l'origine du nom. Ce matin j'ai marché huit kilomètres dans les Foothills entre les deux Caroline's à Gorge State Park et Whitewater Falls à Sumter National Forest. C'est la plus hautes chutes de la Caroline du Nord. Ensuite la route descend longtemps vers la Georgie dans un premier temps pour me retrouver trente minutes plus tard en Caroline du Sud. Il faisait 30 degrés et le territoire est devenu tout à coup complètement plat. Il y a très peu de montages en Caroline du Sud et mon "feeling" me disait d'aller rapidement en Georgie. La chaîne appalachiennes se terminent dans cet état du sud profond. 

Ce soir je fait du bondooking sur les rives de Tugaloo River qui remonte en Caroline du Nord et qui est la "state Line" entre la Caroline du Sud et la Georgie. Je campe en bordure de la route devant le manoir et site historique "Traveler's Rest" à Toccoa du défunt Mr. Deveraux Jarret. C'est un endroit magnifique dans les Foothills qui est devenu en 1766 une plantation de coton avec des esclaves qui y habitaient. La dernière descendante de la famille, Mrs. Mary Jarret White a été la première femme à voter en Georgie et a fait don du manoir à l'état. La rivière servait de liaison entre trois états et était à l'époque une auberge et un bureau de poste. En regardant la rivière ce soir, je croirais voir des alligators tellement je me rapproche des régions tropicales. Je passe la nuit la plus au sud de mon périple. Atlanta est pas très loin d'où je suis plus au sud. Mon ventilateur au plafond me rafraichis, il fait 28 degrés ce soir. Lorsque je cuisine l'air sort vers l'extérieur. Lorsqu'on quitte les Appalaches plus rien n'est pareil, les gens ont un fort accent, il y davantage de délinquance et de patrouille de police.

24 avril | Brevard, Blue Ridge, North Carolina

"Sunday on a sunny day". Cyclotourisme en boucle jusqu'à Rosman à dix kilomètres de la Caroline du Sud et pas très loin de la Georgie. J'ai mouliné 51 kilomètres sur un parcours légèrement vallonné et paradisiaque. Je me crois au Costa Rica avec les couleurs vives partout, j'ai même croisé une forêt de bambous. Cette région est tout a fait magnifique. Brevard est une ville aisée et un "college town". Tout y est parfait pour s'y reposer et le beau temps est au rendez-vous. Je suis au bon endroit et au bon moment encore une fois. 

J'ai visité la "mansion" Silvermont, maison centenaire et coloniale de 33 pièces qui est devenu un musée. Je dors souvent sur des rues ombragées des beaux quartiers, ces derniers ont déployés leurs feuillages pour de délicieux ombrages. Il y a un microclimat dans la région du fait de la végétation luxuriante. À vélo je roule dans des tunnels forestiers sur des routes sillonnants des paysages champêtres et forêts. Si la température se maintient je délaissera la randonnée pour le vélo et le hamac. Je vois deux sortes d'individus dans le monde, les pauvres et les autres, ceux qui ont le temps et les autres et ceux qui vivent dans les villes et ceux qui habitent en dehors des villes.

23 avril | Bevrard, North Carolina

Un samedi radieux débute, ma van est prise dans la boue en me levant. J'arrête le premier camion qui en cinq minutes me dégage d'un câble. Vraisemblablement tous les gens sont d'une gentillesse extrême. Je roule une trentaine de kilomètres sur le Blue Ridge Parkway, c'est absolument magnifique, c'est une formidable réalisation. J'aperçois une belle montagne dénudée et pleins de voitures de randonneurs, je me dis il y a quelque chose à voir. Je marche les sentiers Mountains-on-Sea et Art Loeb vers les sommets Tennett et Black Balsam Knob Mountains à 1903 mètres, l'équivalent en hauteur du mont Washington. La randonnée s'effectue sur une longue crête où l'on aperçois les Blue Ridge autour. Des randonneurs me mentionne être l'une des plus belle vue de la Caroline du Nord et c'est tout à fait par hasard si j'y suis. Saint Christophe le protecteur des voyageurs m'accompagne. Ce soir j'atterris à Brevard pour un repos bien mérité, lave-auto, laudraumat, bonne bouffe et spectacle 'live'. C'est une petite ville verte. Les États-Unis est un magnifique et grandiose pays plein de contraste et de possibilités. Le comté où je suis est la Transylvanie qui signifie 'traverse de forêts', mais pas de Dracula.


21-22 avril | Big Creek, Great Smokey Mountains National Park, Blue Ridge Parkway, North Carolina

Grosse journée de montagne. J'ai marcher sur Max Patch Mountain dans Pisgah National Forest à plus de 1407 mètres. Un "warm up" facile de 10 kilomètres en boucle et retour par l'Appalachian Trail sur la "state line" du Tennessee et de la Caroline du Nord. Je croyais arriver nulle part en van par la route de montagne interminable. À ma grande surprise quelques voitures, un site modeste et bien aménagé. Des alpages se rendent au sommet à côté du Great Smokey Mountains National Park, c'est de toute beauté. On voit très bien toutes les montagnes embrumées (smokey) dans un bleuté léger (blue ridge) qui donnent bien leurs noms à l'endroit. Il est préférable de grimper les montagnes en prenant le plus d'altitude en van, comme ça on passe pas la journée dans les 'creeks'. 

Avant la création du parc en 1934 des familles entières ont été expropriées. Le parc et les forêts avoisantes sont assez vastes et magnifiques qui s'étendent sur plusieurs états, il est le plus visité aux États-Unis avec onze millions de touristes chaque année. Les indiens Cherokee issus d'Iroquois y vivaient et ont été déplacés dans des réserves en 1834. Sur l'Appalachian Trail on retrouve des "shelters" et des "lean-to" qui veut dire s'étendre. Ce sont de petit abris sans portes avec trois murs sur un plancher surélevé. J'ai beaucoup à voir dans ces parages, je ferai de nombreux zigzags dans les prochains jours en Caroline du Nord. Les activités de plein air ne manquent pas par ici, c'est la forêt et les montagnes à perte de vue. Il a fait 25 degrés aujourd'hui, idéale pour la randonnée en montagne. Je dois choisir adéquatement mes départs de sentiers car il y a des routes assez achalandées et des milliers de kilomètres de sentiers. Ce soir j'ai découvert à quelques kilomètres de l'entrée du secteur Big Creek au Great Smokey Mountains National Park le plus beau site de bondooking de mon voyage. Situé sur un chemin de terre fermé à cause de l'inondation d'un ruisseau, il y a un grand espace avec un rond pour le feu, du bois et une table à pique-nique. Depuis mon départ je n'ai pas payé un dollar pour le camping et rare seront les fois où j'irai. Je vois pas ce que j'y ferai, je suis complètement autonome. 

Ce vendredi matin j'ai planifié une solide randonnée pédestre en boucle au Lower Commerer Mountain sur l'Appalachian Trail par le Chesnut Branch Trail au Great Smokey Mountains National Park secteur Big Creek. Le sentier débute au Tennessee dans le Cherokee National Forest et rejoint le parc. Il a fait très chaud, je rencontre quelques randonneurs et au retour en sortant du sentier un homme cherchait ses chiens, il m'a donné un lift jusqu'à la van, son accent est très prononcé. Je me suis lavé dans les cascades. Il y a beaucoup d'ours noirs dans les parages mais pour avoir passé l'été dernier dans l'ouest canadien ça me dérange pas. Il y a des potassums, des dindes sauvages et des oiseaux qu'on ne voit pas au Québec. Le Blue Ridge Parkway se termine à Cherokee en Caroline du Nord et se dirige ensuite directement sur la seule route qui traverse le Great Smokey Mountains National Park, la 441. Je vais éviter cette route trop achalandée préfèrant les "backroads" et les sentiers moins fréquentés. J'ai demandé à quelques personnes la différence entre le Tennessee et la Caroline du Nord, on m'a répondu la même chose qu'entre le Costa Rica et le Nicaragua ou le Vermont et le New Hampshire, il n'y a plus rien à dire. 

Après ma randonnée je voulais aller dans la ville d'Asheville mais en voyant le trafic j'ai bifurqué sur des routes de montagnes jusqu'au Blue Ridge Parkway, route panoramique où je passe la nuit dans un petit boisé à  Beech Gap (col) de 1802 mètres. La vue est phénoménale et le silence total. "Pourquoi dormir dans un cinq étoiles lorsqu'il y a des millions d'étoiles dans le ciel" disait Richard Desjardins. J'aime ce style de vie, on voit pas les choses de la même façon qu'entre les murs de son logis, c'est toute la différence entre le nomadisme et le sédentarisme.


20 avril | Hot Springs, North Carolina

L'Appalachian Trail est pas difficile à suivre avec une bonne carte. Elle suit les "ridges" et les sommets des Appalaches. Des balises blanches sur le sentier linéaire sont bien indiquées. Pour faire des boucles d'une journée avec les "sides trail" ça prend obligatoirement un GPS. J'ai fait "pump gap trail" retour sur l'Appalachian Trail. 450 mètres de dénivelé au départ d'Hot Springs sur 15 kilomètres. Une pure merveille et une douche chaude gratuite au retour dans un camping désert. Je dors dans le village une deuxième nuit. 

Le printemps est en avance de 5 à 6 semaines d'avec le Québec et c'est le meilleur moment pour profiter de ces endroits de rêves. C'est ma troisième saison en "vanlife" et je considère que mes deux étaient de l'apprentissage. Maintenant je suis en plein dedans et toutes mes expériences passées me servent. Cette saison se veut longue et riche à souhait. Dans le village d'Hot Springs il y a beaucoup d'échanges culturelles en partie à cause des "hikers", magiques instants. Lorsque les européens émigraient en Amérique du Nord, les États Unis représentaient la première classe et le Canada la seconde. Être ici ça me fait songer à ça et à ma vie au petit Québec. Spectacle "live" ce soir sur la terrasse de la microbrasserie et en pleine forêt. Pas loin pour aller dormir.

La forêt est splendide avec une canopée différente qu'au nord et des arbres et arbustes à feuillages plus gras. À la boutique de plein air je me suis procurer une belle carte plastifiée des Greats Smokey Mountains National Park. J'en aurai franchement besoin car je passerai du temps autour du parc en Caroline du Nord, au Tennessee et en Georgie. C'est en Caroline du Nord que les Appalaches sont les plus hautes et plus larges. Il y a beaucoup de randonneurs et d'aventuriers de partout des Etats-Unis, c'est très agréable, très beau et très dépaysant.

19 avril | Hot Springs, North Carolina

Après avoir traverser quelques agglomérations sous la pluie au Tennessee j'ai franchi le col vers la Caroline du Nord ce matin. Je reviendrai au Tennessee plus tard car je fais mon circuit en fonction de la température. En ce moment le temps est proprice à la randonnée pédestre. Je viens d'atterrir à Hot Spring, petit village de randonneurs aguerris perdu dans les montagnes sur les rives de la French Broad River dans Pisgah National Forest du comté de Madison. Tout est magnifique par ici, il y a beaucoup de randonneurs, des "thrue hikers" comme on les appellent, ceux qui marchent des mois sur l'Appalachian Trail dont le sentier passe à côté de mon stationnement pour quelques nuits. Je suis un "second" hiker. Une boutique de plein air offre environ une soixante de cartes de randonnées dans les montagnes des environs. C'est un véritable paradis de randonnée et c'est le meilleur moment pour être ici. L'Appalachian Trail fait 3500 kilomètres de la Georgie au Maine et a été construit en 1937. Le point culminant du sentier est au Tennessee au Clingmans Dome à 2025 mètres.

C'est le hasard et mon instinct d'aventurier qui m'ont fait atterrir ici. Ma spécialité est la géomorphologie et la lecture des cartes. J'ai beaucoup à faire en Caroline du Nord et au Tennessee dans les Appalaches. Un rêve de toujours que je réalise enfin et le vanlife me permet. Le défi à venir sera de faire de belles rencontres pour partager tous ces beaux moments. Peut-être à la microbrasserie du village avec du "country live music" Ce genre d'endroit est propice à l'aventure sous toutes ces formes. Hi ya! Il y a plus de bars que d'églises, j'avaient assez prier.

18 avril | Jonesborough, Tennessee

Après deux ans d'affrontements, les Nordistes (l'Union), commandés par les généraux Ulysses S. Grant et William T. Sherman, réussissent à envahir les États du Sud. Les Confédérés (Sudistes) capitulent le 9 avril 1865. La guerre de Sécession (1861-1865) est une guerre civile sanglante qui a opposé les États du Nord aux États du Sud des États-Unis sur fond d'abolition de l'esclavage. La proclamation du président Lincoln concernant l'abolition de l'esclavage le 1er janvier 1863 est justement célèbre.

Je suis passé au Tennessee sous une pluie tenace à Jonesborough, la plus vieille ville de l'état fondée en 1779, j'y passe la nuit. La van est juste à côté d'une distillerie de whisky, je sais pas s'il y en a sans alcool? C'est la région où les légendes de Daniel Boone et David Crockett ont marquées les esprits surtout près de Cumberland Gap, le passage des montagnes de la Virginie vers le Kentucky et le Tennessee. Parfois j'achète des plats chauds préparés, très peu dispendieux, dans les grandes chaînes d'alimentation. Ce midi fèves au lard et tomates piquantes avec du maïs et du poulet frit, un vrai délice, une spécialité du sud.

17 avril | Abingdon, Blue Ridge Mountains, Virginia

Pour la musique je possède un Apple iPod Shuttle, j'y ai enregistré des centaines de pièces musicales à mon goût qui me permet de ne pas écouter les radios idiotes locales. J'ai de la chance d'atterrir à Abingdon pour Pâques et me reposer. La Virginie est le plus vieil état et lorsque les gens ont quittés vers le sud, l'ouest ou le Midland, c'était le point de passage, la plus grande frontière commune. Il y a déjà eu un fort qui devait probablement remplacer un établissement amérindien. C'est très paisible ici et toute la ville est classée historique même le théâtre Barter car à l'époque l'art et le bon goût y régnait avec les gentils bourgeois qui l'alimentaient. La musique américaine a pris naissance en Virginie avec plusieurs influences; appalachiennes, bluegrass, écossaises, allemandes, gospel et brittaniques. Les Irlandais ont passés comme d'autres immigrants comme des citoyens de seconde classe, ils n'étaient pas les fondateurs du pays et sont arrivés plus tard. On les acusaient de voler les jobs mais en fait ils prenaient les emplois que personne ne voulaient. Dans les quartiers centraux de New York, notamment Five Points, de violentes émeutes se sont déroulées vers 1862 et dont plusieurs gouverneurs ont profités pour se faire élire. Ils ont envoyés à la guerre délibérément, ce qu'on a appellé la circonscription, de nombreux immigrants. Quand on s'y arrête un moment on se rencontre que les États-Unis sont un véritable musée à ciel ouvert. Je suis amer de constater qu'au Québec on ne se soucie guère de la conservation patrimoniale et de la canopée. 

Le Blue Ridge Parkway fait 755 km des Greats Smokey National Park en Caroline du Nord à Fort Royal en Virginie et créé le 30 juin 1936. Le Skyline Drive Scenic Byway fait 169 km au Shenandoah National Park en Virginie et créé en 1931, il fait parti du Blue Ridge Parkway. Ces routes panoramiques ont été construites lors de la grande dépression des années 30. L'état engageait les chômeurs chroniques de l'époque.


16 avril | Abingdon, Blue Ridge Mountains, Virginia

Ce soir je passe la nuit dans la magnifique ville coloniale d'Abingdon dans les Blue Ridge Mountains en Virginie à environ 20 kilomètres du Tennessee et d'une cinquantaine de kilomètres du Kentucky, Virginie Occidentale et Caroline du Nord toujours dans les Appalaches. C'est l'un de mes plus beaux voyages. Le printemps dans ce coin de pays est remarquable. Des arbres de toutes les couleurs qui fleurissent partout, des fleurs qui jaillissent dans les champs et les forêts. Les gens sont d'une gentillesse inouï et je n'ai aucun souci à me stationné pour la nuit où bon me semble. Même un policier a cogné à ma porte et lorsqu'il a vu ma bonne gueule et que je ne fumais pas de cannabis il m'a souhaité bonne nuit. J'ai un tracé général en tête mais je fais ma route à chaque jour ou presque. Mon itinéraire est conçu surtout pour le cyclotourisme qui me fait sentir et voir autrement. Je dors toujours très bien, je possède des rideaux isolants du froid et de la chaleur. Lorsque le mercure grimpera j'utiliserai mon "pop top" avec fenêtres et moustiquaires. Avril, mai et début juin sont les meilleurs mois pour le sud des Appalaches, surtout pour la randonnée et le cyclotourisme. Les paysages sont époustouflants. Le "vanlife" permet de découvrir les endroits en rapport avec la température appropriée si on voyage intelligemment. Je suis un véritable "nomadvan", ma vanette s'appelle Béa en l'honneur d'une amie française amoureuse de la montagne et pour la béa-attitude que la vie déploie. 

Je roule le "highlands classic tour" aujourd'hui et j'ai trouvé ça très difficile. J'ai mouliné à l'ombre de la plus haute montagne de la Virginie, le mont Rogers dans Jefferson Forest à plus de 1746 mètres. C'est en Virginie que l'on retrouve la plus vieille ville des États-Unis, Jamestown et qui est née la première femme européenne en sol américain, Virginia. La plus haute montagne appalachienne fait 2037 mètres soit le mont Mitchell en Caroline du Nord. À titre comparatif le mont Washington dans le New Hampshire fait 1917 mètres qui est le plus haut sommet du Nord Est des Etats-Unis. Spruce Knob à 1482 mètres en Virginie Occidentale, 1263 mètres le Black Mountain au Kentucky, 1359 mètres le Blood Mountain en Georgie, 1083 mètres le Sassafras Mountain en Caroline du Sud et le Clingmans Dome à 2024 mètres au Tennessee. On y retrouve une quantité infinies de sentiers et de parcs magnifiques. J'ai débuté la journée à Rich Valley Road, puis j'ai grimpé 600 mètres à vélo vers Hungry Mother State Park pour revenir sur Gravel Scratch Road. À ce moment j'ai manqué un embranchement. J'ai alors demandé ma direction à Dave et sa blonde de Cincinnati qui était en pickup. Ils m'ont reconduit à mon point de départ à 20 kilomètres de là, le "bike" dans la boîte. Au retour j'étais assez heureux d'avoir éviter la fin de ces montées incessantes. C'est un circuit qu'Armstrong faisait pour s'entraîner au tour de France. 

J'aime mieux un niveau plus modéré. J'avais garé ma van devant un gym et le patron m'a offert gratuitement la douche et une grosse bouteille d'eau. La ville d'Abingdon est l'hôte du majestueux "The Martha Washington Inn" datant de 1832 et qui fait parti des "Americas historics hôtels". J'écris mon blogue devant le feu de l'hôtel et je passerai Pâques dans ses jardins à flâner et faire du yoga.


15 avril | Saltville, Virginie

"Gentle rolling ramble in a perfect valley bowl paradise at Burkes Valley Garden". 25 kilomètres, départ à 857 mètres d'altitude, la plus haute vallée de la Virginie. Deux chiens m'ont courus après, ça s'améliore et je n'ai croisé que deux tracteurs dans la vallée. Bagel aux oeufs et fromages pour déjeuner. Pneus gonflés à bloc, cristaux de Gatorade, chocolat noir aux amandes, noix mélangés et de l'eau de source pour mes réserves. Un chien était attaché pas très loin, je m'en suis fait un ami. Les paysages ne cessent d'être beaux. Des amishs vivent dans la vallée avec leurs carrioles noir lustrée. Je n'ai plus besoin d'aller en Europe pour admirer "the nice scenery". Il y a tout ce qu'il faut dans ces états. Le campeur me permet une autonomie admirable avec une consommation de 8 litres au 100 kilomètres. Je passe la nuit dans une petite ville dans un grand parc en face d'un lac, wifi inclus à Saltville. Ce seras mon point de départ à vélo demain matin.


14 avril | Burkes Garden Valley, Tazewell, Virginia 

J'ai fait beaucoup de courses ce matin, laudraumat, lavage de la vanette, couturière, épicerie, banque. C'est étonnant de constater de voir de nombreuses et d'anciennes villes industrielles presque abandonnées. Des villes créées par le chemin de fer d'une autre époque dont fleurissaient entres autres le textile. Même les gens ont l'air d'un autre temps. J'ai franchi en Virginie, je suis à côté de l'Appalachian Trail dans la plus haute vallée de l'état, Burkes Valley Garden. J'ai l'impression d'être sur une autre planète quoique j'aime mieux l'ambiance de la Virginie Occidentale, plus rustique et figée dans le temps. Demain je ferai une petite mise en jambe tranquille à vélo dans la vallée. J'ai fait un repérage de la région aujourd'hui pour choisir mes prochaines randonnées à vélo en Virginie. Nuit fraîche de pleine lune dans la vallée avec un petit feu.

13 avril | Princeton, WV

Les plus grandes sources de revenus jadis et encore à ce jour en West Virginia est le charbon. J'ai vu aucune mines à ce jour mais quelques trains de charbon. J'ai fait une deuxième grande boucle de 64 kilomètres à vélo au départ de Forest Hill intitulé Boozo Loop dans les comtés Monroe et Summers. Sur le parcours il est indiqué être l'un des plus beau de la Virginie Occidentale. Assez côteux, rurales, routes en lacet d'une voie seulement avec pas d'autos ou presque. Je me suis trompé sur deux embranchements, sur l'un d'eux qui descendait très longtemps sur une route de terre sans m'en rendre compte. Heureusement un "park ranger" m'a remonté dans son pickup jusqu'en haut avec mon vélo. C'est fort probable l'un des plus beau parcours à vélo jamais effectué à ce jour mais jamais je ne me suis fait pourchasser par autant de chiens de ma vie. Une bonne vingtaine et pas tous des petits. 

Sur 64 kilomètres je n'ai rencontré qu'un seul et piteux dépanneur, heureusement j'avais mon lunch. Tout le monde est gentil et courtois, je suis fortement dépaysé et les paysages sont à couper le souffle. De profondes vallées champêtres verdoyantes (creeks) entourées de montagnes sauvages partout me comblent de bonheur. Je suis arrivé au moment précis de la naissance d'un veau et le "farmer" m'apercevant au loin croyait que j'étais son voisin pour l'aider. Je suis déjà allé en Virginie précisément dans Shenandoah Valley il y a quelques années faire du vélo comme plusieurs groupes de cyclistes au printemps et je me sens plus dépaysé ici en WV. La Virginie est plus peuplée, moderne et davantage de circulation automobile. Ici c'est le paradis du cyclotourisme, j'ai décroché complètement. Le Montana est l'un des plus beaux états américains dans l'ouest mais les routes sont extrêmement poussiéreuses et peu de routes sont comparables avec celles des Appalaches.

12 avril | Forest Hill, West Virginia

Dieu n'accueille pas tous les démunis partout. Hier soir sur le stationnement de l'église une jeune femme promenant son chien m'a dit qu'elle appellerait la police si je dormais là. J'ai quitté me garer plus loin. Une femme plus loin dans un épicerie, je lui demande si elle était heureuse de vivre ici. Elle me répond que tous se connaissent par leur noms et qu'elle n'avait pas de secrets. Elle vit tranquille et éleve ses enfants dans une petite communauté qui leurs donnent des repères et une véritable communauté. Chez moi mes voisins ne connaissent pas mon nom et je me sens étranger dans le lieu où je suis né. Ce soir je dors en arrière d'une église à Forest Hill dans le comté Summers. Mon départ à vélo s'effectuera de cet endroit demain matin. Je suis aller marcher sept kilomètres tranquille autour du Long Branch Lake au Pipestrem Resort State Park. Des dizaines de chevreuils passaient autour de moi. La forêt était remplie de chênes, de grands pins, d'hérons et de pics-bois.


Il n'y a pas de tornades à West Virginia, l'épicentre de l'allée des tornades passe dans les régions centrales des basses terres. Les tornades se déploient aux courants d'air froid, chaud sec et chaud humide. Peu de commerces mais toujours d'innombrables chapelles. Pour bien saisir la nature de cet état il faut absolument prendre les routes rurales parfois à une voie de largeur. Sans mes guides ou cartes à vélo je passerais à côté du plus important. Pour les randonnées pédestres les sentiers sont tous présents dans mon GPS.
 
Remplir ma bouteille propane m'a coûté que 3$. Je possède des panneaux solaires qui alimentent deux batteries auxiliaires qui me fournissent l'énergie pour la douche et le chauffe eau, la lumière, les prises de courant, la pompe à eau, le frigidaire et le ventilateur. Je bois de la bière sans alcool pour me détendre avant le souper en préparant mon blogue et mes photos. Mon forfait mobile est 15G avec Vidéotron en partenariat avec AT&T, mon numéro de téléphone demeure le même, chose impossible avec l'achat d'une carte SIM.


11 avril | Alderson, West Virginia

Le printemps a débuté aujourd'hui et ma première sortie à vélo aussi. Je suis parti à vélo d'Alderson sur une grande boucle de 76 kilomètres sur 1500 mètres de dénivelé. Cette distance n'était pas prévue car j'ai raté un embranchement. J'ai traversé trois comtés en Virginie Occidentale soit Greenbrier, Monroe et Summers. Mon vélo est un cyclosportif en carbone avec trois plateaux pour les côtes de marque Specialized Roubaix, confortable pour les longues distances. J'ai fait une mise au point avant le départ et il roule à merveille. J'ai mouliné pour ne préparer tout l'hiver avec ma base à vélo hollandaise Tacx. J'ai eu un petit souci avec la chambre à air qui était coincée dans le pneu.


À Fort Springs j'ai vu un type qui bricolait sur son terrain. Il a attiré mon attention car il y avait une énorme affiche de Donald Trump sur son terrain. Son nom est Eddy et ensemble on a fait la mise au point du vélo en discutant. C'est un vrai républicain comme la plupart en Virginie Occidentale. Les républicains sont de véritables conservateurs et n'aiment pas les changements. La Virginie Occidentale est un état pauvre, rural, très blanche et peu peuplée. La moyenne d'âge est assez élevée dans les milieux ruraux, il n'y a pas de grandes industries et les jeunes partent ailleurs car ils aiment le changement. Les républicains n'aiment pas les idées libérales ou démocrates car ils sont perçus comme des politiciens qui dépensent beaucoup, qui leurs volent leurs jobs avec leurs politiques d'immigration. Ça ressemble au Canada mais plus tranchants comme idéologie. J'ai dit à Eddy pour pas m'en aller sur un terrain glissant qu'on avaient avantage à échanger différentes opinions pour évoluer. Les républicains sont moins instruits mais pas pour autant méchants.


Ce ne date pas d'hier que je m'intéresse au cyclotourisme pour en avoir fait beaucoup en Europe et en Amérique du Nord à titre de guide et pour mon plaisir. Je peux confirmer sans aucun doute que la Virginie Occidentale est un pur paradis pour le cyclotourisme et le plein air. Les vallées champêtres et profondes entourées de magnifiques montagnes sauvages à perte de vue sont éblouissantes. Il y avait longtemps que je voulais venir dans ces états du sud profond mais ça me prenais un campeur pour bien vivre ses moments forts que je vis actuellement. Parcourir comme il se doit plusieurs états exigent d'avoir le temps pour bien en profiter car il y a tellement à voir. Je passe la nuit sur le "green" en face de l'église d'Alderson. Le "green" est une place publique face à l'église qui était le lieu de rassemblement à une 
époque ancienne. Je n'aime pas les campings préférant les petites villes où villages pittoresques et dans cet état je suis ravi. Mon parcours à vélo était de grade 4.7 qui est l'un des plus élevé de ma liste. Beaucoup de montagnes j'ai grimpé aujourd'hui mais aussi de longues descentes enivrantes en observant des chevreuils courants partout. Je suis véritablement au bon endroit et au bon moment. "Life is good".

10 avril |
Lewisburg, West Virginia

J'ai fait l'apprentissage des réseaux, données mobiles, itinérance et l'utilisation judicieuse du wifi aux USA. Je maîtrise mon GPS et mes parcours de vélo sur les cartes. J'utilise adéquatement mon écran de navigation de la van avec mon nouveau téléphone. L'étape suivante est d'apprendre à vivre "autrement", à m'apprivoiser dans la solitude. Certes je suis seul chez moi mais sur la route les repères sont absents et un apprentissage est requis pour ne pas m'agiter frénétiquement. Le seul fait d'écrire cette pensée et d'en être conscient est une étape cruciale. Lire et écrire sont les moyens pour me centrer dans mes repères intérieurs. Je connaîtrai le vague à l'âme ce printemps comme il s'agite parfois chez moi mais aucune sortie n'est possible sans l'observation paisible des nuages au dessus et en moi. Bouger frénétiquement est malsain dans la fuite ou la peur. Le voyage est une façon de me découvrir si je suis attentif aux signes. Celui de la pasteure qui m'a accueilli dans sa chapelle avec le seul éclat de soleil ardent jusqu'à présent en était un et bien d'autres se manifesteront si j'ouvre mon cœur et mon esprit à ce qui est pour parfois invisible.


Le temps file à vive allure, le présent n'est quasiment pas réel sauf lorsque mon journal et ma caméra réussi à capter la lumière et la pénombre. Les expériences et l'action m'inspirent, la complicité espérée aussi mais je ne suis pas assez mûr pour sa présence, j'en déduis. Je passe entre les mailles et j'en comprends pas toujours le sens. Ce voyage je le veux différent de tous ceux entrepris auparavant car j'ai franchi les étapes de me mentir ou de me fuir. Ce périple n'est pas qu'un futil divertissement mais une transition, une étape de vie visant à rassembler mes expériences et mes intérêts. Ce voyage initiatique exprime mon profond désir de vivre en accord avec moi-même. 


Ce soir à Lewisburg de nombreux jeunes couples se rassemblent dans leurs plus beaux attraits sur le "green" de l'hôtel de ville afin de se promettre l'un et l'autre, ils se réuniront dans une grande fête commune après les séances de photos. Les visages sont jeunes et rayonnants, la vie est belle sporadiquement dans ce présent éphémère. Ce matin trop frais pour le vélo, je me dirige au Greenbrier State Park à White Sulphur Springs pour y faire de la randonnée. "No GPS, no fun", je possède un Garmin 64 sx avec quatre batteries rechargeables, un chargeur pour téléphone mobile, un "bear spray" au besoin. Le GPS est indispensable pour s'amuser comme il faut. "Working hard, playing hard".


J'ai grimpé Kates mountain aujourd'hui à 1015 mètres. Moitié sentier, moitié hors piste. 16 km sur 500 mètres de dénivelé. Les montagnes sont magnifiques, pas très hautes mais assez escarpées. Les plus hauts sommets des Appalaches atteignent 1200 mètres environ. Ce fut assez difficile la partie hors piste aujourd'hui mais sublime comme paysage. Les arbres sont très grands et beaucoup de feuillus. Il y a des tiques dans la forêt et des ronces. Un village se nomme Ronceverte tout près à cet égard. Il y avait de la neige au sommet, au retour j'ai "pomper l'huile" comme on dit. Je repasse une autre nuit à Lewisburg qui me plaît. Demeurer quelques nuits au même endroit permet une base fiable pour les activités de plein air. Notez bien bien que durant le voyage de mon récit ne passera pas au correcteur, faute de temps.

9 avril| Lewisburg, West Virginia

La neige tombe sur la ville aujourd'hui, c'est le festival du chocolat, des dégustations, de l'animation et de la musique ont lieu partout. Les rues sont piétonnes dans la ville les weekends. Il n'existe pas de guides de "road bike" en Virginie Occidentale mais j'ai un site internet ou je vais imprimer des circuits à la librairie publique (10 cents la copie). Je vais rester par ici un moment car le voyage débute vraiment dans le comté de Greenbieer et vers le sud vers les comtés de Monroe et Summers. Dans un autre comté je n'aurais qu'à retourner dans une librairie. Les facilités sont très grandes et les possibilités d'aventures infinies.



8 avril |
Lewisburg, West Virginia

Aux USA on retrouve des "states park, national park, forest conservation, recreation forest et BLM (bureau of land managing)". Les deux premiers sont payants, les autres gratuits, plus sauvages et pittoresques à mon goût. Les BLM permettent un séjour gratuitement pour 14 nuits. Avec l'application IOverlander des sites gratuits de camping sont disponibles dans toutes sortes d'endroits variés et parfois inusités. J'aime bien dormir à côté du sentier de randonnée ou du début de parcours à vélo. Sur "google map" l'application m'indique les postes de péage et me propose des contournements. C'est souvent des "turnpike" ou "toll road". Je n'utilise très peu les "interstates"


Ce soir j'ai choisi Lewisburg dans le comté Greenbrier en Virginie Occidentale pour passer la nuit en face du centre culturel Carnegie Hall, le quatrième aux États-Unis. Andrew Carnegie était le plus grand philanthope du pays. C'est une très jolie petite ville fondée en 1782. Ça me rappelle le film "Pleasantville" avec la musique "across the universe" des Beatles interprété par Rufus Wainwrigh. West Virginia est un état pauvre et rural. Pauvre ne veut pas dire de coeur, c'est pour ça que j'aime ces endroits perdus. J'aperçois de magnifiques arbres en fleurs "threes of heaven" (arbres du paradis). Les gens vers le sud ont une foi inébranlable à constater par la quantité de chapelles. Partout la politesse et le respect règne da unns un environnement exemplaire et riche en histoire.

7 avril |
Seneca Rocks National Recreation, West Virginia

Petit yoga ce matin dans la petite église blanche d'Antioch et "backroad" en van jusqu'à Seneca Rocks National Recreation dans Monongahela Forest. J'ai grimpé le sentier North Fork Mountain pour atteindre la crête sous une pluie fine et fraîche,  1000 mètres sur 400 mètres de dénivelé en parcourant 12 kilomètres. Le GPS est essentiel en randonnée car les indications sont minimales. Le paysage est magnifique et je suis complètement seul. Je passe la nuit en "bondooking" dans le parc à la sortie du sentier. Excellente température pour marcher en montagne. Il y avait longtemps que je n'avais entendu un silence aussi profond. Il y a des centaines de bonnes routes asphaltées dans les Appalaches, chose absente dans l'ouest canadien. Les montagnes sont beaucoup plus accessibles, les sentiers très beaux et nombreux et gratuits, les "spots" pour dormir aussi.


Walmart possède les meilleurs prix pour l'épicerie. Je ne vais jamais au restaurant voulant conserver mon autonomie et mon budget pour l'essence qui demeure la plus grande dépense. Je me suis procuré cet hiver de nombreux guides usagés de "road bike" sur Amazon. J'en ai plusieurs sur de nombreux états que je vais visité. Seule la Virginie Occidentale n'avait pas de guides disponibles mais j'ai un bon site avec des cartes à imprimer. Les Appalaches sont de loin mon terrain de jeu préféré avec ses piedmonts à l'ouest et à l'est. C'est ma troisième saison en vanlife et de loin ma préférée. Les routes poussiéreuses de l'ouest ne me manquent pas de même que les distances abominables. La poussière entrait partout dans la van, ici c'est une autre histoire. Les États-Unis est le pays de la démesure et de la diversité, c'est ce qui rend ce pays attrayant. Il est beaucoup plus agréable de voyager du nord au sud que d'est en ouest à mon goût.

6 avril|Antioch, West Virginia

Ce matin les carillons de l'église m'ont réveillé avec une musique délicieuse. Une douce pluie m'a fait prendre conscience que j'avais de la chance d'être ici au chaud dans ma van. J'ai traversé les Allegheny du nord au sud de la Pennsylvanie, montagnes infinies parsemées de vallées. C'est l'un des plus grands états des États-Unis, particulièrement industriel. C'est un lieu de traverse inintéressant sauf le comté de Lancaster qui mérite le détour. Les Amishs habitent cette région au sud-est de l'état. J'ai fait du cyclotourisme auparavant chez les Amishs du comté, ce fut très agréable et révélateur. Je me rappelle avoir mouliné dans des champs de maïs géants sur des routes rurales parsemées de carrioles noires lustrées. Il y a beaucoup de champs de tir dans cet état, plusieurs américains possèdent un lien particulier avec les "guns".

En arrivant à West Virginia (Virginie Occidentale) les arbres en fleurs me sont apparus avec joie. Pendant une heure j'ai traversé le Maryland dans enthousiasme. En Virginie Occidentale j'ai immédiatement bifurqué sur des routes rurales et me suis arrêté au hameau d'Antioch. Plus je descends au sud et plus il y a des petites églises aux différentes confessions. La religion est très présente dans le sud des Etats-Unis. Je me suis stationné dernière une jolie église blanche et la pasteure est venue m'accueillir avec sa famille et ses amis. Moment fort, il m'ont permis d'entrer dans l'église en leurs absences me remettant le code wifi. Un ruisseau joue de la musique près de la van pour la nuit et le paysage champêtre est splendide. La Virginie Occidentale (West Virginia) me fait penser au Vermont, rural, pittoresque et beaucoup moins industriel que ces voisins. L'état est bordé par les Appalaches et je réalise qu'à ce jour je dois rapetissé le territoire pour débuter mes circuits de vélo et de randonnée. J'ai tout mon temps; "West Virginia country roads take me home" chantait John Denver, je suis conscient d'être au bon endroit et au bon moment sinon au paradis.

 
5 avril |
Towanda, East Pennsylvania 

T-shirt, pantalon court et fenêtres ouvertes à mon arrivée en Pennsylvanie, l'herbe est complètement verte. Je passe la nuit en arrière d'une des quatres églises sur les rives d'une grande rivière à côté de la vieille gare de train dans un bled perdu du nom de Towanda. La plupart des commerces sur "main street" sont en piteux états comme dans plusieurs agglomérations d'Amérique du Nord. Ils se sont déplacés insidieusement dans les banlieux au fil des années. Les oiseaux sont nombreux, j'ai droit au comité d'accueil. Faire le plein ça coûte environ 50$ CAD, beaucoup moins cher qu'à Québec mais l'épicerie est le double excluant le taux de change. Je me sens dépaysé et c'est ce que je voulais. Les États-Unis ont beaucoup à offrir en terme d'aventures. Pour avoir traverser le Canada l'été dernier à partir de Québec, je trouve qu'il y a davantage de possibilités et ce, à tous les niveaux chez nos voisins du sud. 


4 avril |
Saratoga Springs, New York

Ce qui frappe en entrant aux États-Unis, c'est le rythme plus lent et ordonné de la circulation automobile, de la politesse et du respect des gens. En second lieu c'est la rusticité de tout et de l'état général resplendissant des routes. Ensuite je dirais que les américains aiment mieux les arbres que nous en admirant leurs nombres et leurs grandeurs dans le pays. Les "springs" de Saratoga représentent les eaux minérales découvertes en 1862. J'y passé ma première nuit en allant remplir un bidon d'eau minérale à la forte saveur de soufre. Les grands embouteilleurs de boissons gazeuses ont profités de ces sources importantes. La ville s'est enrichie considérablement sur ces nombreux puits et a prospéré davantage avec les jeux de hasards et notamment la fameuse piste de course de chevaux à harnais. 

Une stricte réglementation à été mise en place pour protéger plus tard ces ressources inestimables. Les riches retraités des grandes villes telles Boston, Philadelphie, New York, etc... sont venus s'y établir pour la situation géographique particulière de cette superbe région. Saratoga Springs est au coeur de multiples écluses reliant les Grand Lacs, la rivière Hudson, le lac Champlain et le fleuve Saint-Laurent et New York. La région des High Peaks est située au nord dans les Adirondacks et au sud les Catskills. L'architecture de cette ville au dimension humaine est superbe. De nombreux bistros, boutiques et restaurants offrent une un attrait particulier aux visiteurs. Saratoga State Park est un immense jardin au coeur de la ville avec ses spas. Le Gideon Putnam Hôtel trône depuis 1935 dans le parc pour héberger les clients désireux de prendre des bains d'eaux sulphureuses. Un ensemble architectural remarquable m'entoure. L'herbe est verte et les pins sont immenses ce qui est excellent pour le moral après un trop long hiver à Québec.

30 mars |

Départ éminent dans les prochains jours. Fébrilité, enthousiasme et sentiment d'accomplissement. Ce sera mon troisième grand séjour de "vanlife" sur plusieurs mois. Quelques derniers préparatifs, chargement du véhicule ce weekend et je serai prêt pour cette aventure hors du commun. C'est mon premier périple  aux États-Unis avec Béa, ma maison voyageuse car les frontières étaient fermées les années précédentes par la pandémie. J'ai tous les guides et cartes nécessaires de cyclotourisme et de randonnées sur plusieurs états du centre et du sud américains. La température moyenne en avril se situe entre 20 et 25 degrés et l'essence est moins chère qu'au Canada fort heureusement. Dorénavant j'irai où le climat sera clément grâce au "vanlife" qui me le permet combinant économie et mobilité. Je serai entièrement autonome disposant de panneaux solaires, douche chaude, cuisinière, frigidaire, ventilateur puissant et de tout le nécessaire. La modeste dimension du véhicule me permet de dormir où bon me semble sans payer des campings sauf à quelques occasions pour me reposer de la route et faire le plein d'énergie. 

J'ai sélectionné plusieurs bons livres pour la route et poursuivrai régulièrement l'écriture de mon blogue intitulé "récits et propos". Mes meilleures images seront affichées dans la galerie qui est intégrée dans le blogue. À mon passage le printemps resplendira ses plus belles lumières et nuances dans ces contrées pour moi inconnues à ce jour. J'aime être dépaysé et découvrir de nouveaux horizons. Grâce à mon "travel book" mes amis et lecteurs pourront me suivre en direct sur les multiples "steps" de mon voyage avec textes et photos à l'appui depuis "polarsteps". Depuis mon enfance je n'ai cessé de rêver à ces escapades qui sont devenues mon travail et ma passion au fil du temps. Mon expérience et mes intérêts aujourd'hui me proposent une fois de plus la réalisation d'un rêve et d'une utopie. À l'école primaire je griffonnais sans cesse le dessin d'une route de campagne défilant à l'horizon et mes premiers scripts étaient d'ordres géographiques. À la retraite mon dessin et mes scripts ne m'auront pas quittés en demeurant fidèles "vert l'aventure".