New England

Bienvenue sur le blogue de l'aventure avec ses récits et propos prenant forme de l'essai et de l'authenticité.


GPS Travel Book

Facebook | Galerie



26 septembre| Hancock, Green Mountains National Forest, Central Vermont 

Les chemins de terres sont souvent plus beaux au Vermont que dans bien des municipalités du Québec. Ma journée a consistée à me promener dans ce réseau en forme de toile d'araignée afin de trouver des accès intéressants sur la Long Trail qui aborde les plus hauts sommets de l'état dans les Montagnes Vertes. Ma témérité m'a amené à prendre des routes non carrossables avec Béa ma van, à quelques reprises j'ai dû rebrousser chemin afin de ne pas rester en panne, j'ai vraiment pas le véhicule pour ça. Le Long Trail est le plus ancien sentier de longue distance aux États-Unis avec 370 kilomètres du nord au sud. Il est plus escarpé que l'Appalachian Trail. Je tente de gravir quelques beaux sommets exposés du Vermont, la plupart sont recouverts de forêts épaisses et je ne tiens pas aller aux endroits que tout le monde va. J'ai gravi plusieurs sommets en groupe dans mon travail au Vermont; Mansfield, Camels Hump, Madonna, Pisgah, etc... en ce moment je rapetisse le territoire afin de trouver des merveilles. 


Aujourd'hui j'ai franchi en van pour me repérer deux cols des Green Mountains, le premier de Killington Pass vers Rutland, aucun intérêt. Le second Brandon Gap, la route menant au col traverse la Long Trail mais pas plus ému que ça, je remets ça demain. Dans la journée à Strafford un "stand" offrait des provisions gratuites sur le bord du chemin, je me suis fait une boîte remplie avec des fruits et légumes frais en supplément. J'ai visité un ancien domaine très beau
tout de rose d'un ancien sénateur du Vermont à North Strafford, Justin Smith Morill Homestead State Historic Site. Ce soir sous la grosse pluie je campe à Hancock à côté de Green Mountains National Forest. Un gars passe souvent avec son quatre roues et son pitbull pour m'impressionner mais ça fonctionne pas, je suis à côté d'un pit de sable derrière chez lui mais le terrain ne lui appartient pas. Si j'étais à Brooklyn ou le Bronx je m'inquièterais davantage mais en région rien ne m'affole.

25 septembre| Downer State Park, South Royalton, Central Vermont 

Woodstock est une bourgade de millionnaires et de gens riches, c'est en allant à Marsh-Billings-Rockeller Farm Historic National Park que j'en ai saisi son ensemble avec la maison des riches propriétaires et ses jardins. Ces gens très influents ont fait prospérer d'immenses fermes autour de Woodstock appliquant des réglements strictes progressifs sur la protection de l'environnement. Il y a beaucoup de petits chemins de terre où les domaines richissimes n'en finissent plus de parsemer la quinzaine de kilomètres sur les magnifiques terres. Beaucoup de jeunes cyclistes venant de New York et Boston en ont fait leurs destinations préférées pour le vélo de montagne. On retrouve le ski alpin et de fond à Suicide Six Mountain, l'Appalachian passe à côté. C'est vraiment un beau spot avec le chic Woodstock Inn, les "bakery" et j'en passe. Plusieurs styles architecturaux sont présents, revival, federal, Ann Queen, colonial, georgian, italian, etc... Quelle chance de pouvoir être ici, je me croierais dans la vieille Europe. 

Ensuite je file à Hanover au New Hampshire pour visiter pour la troisième fois Darmouth College sur Connecticut River. Ce prestigieux collège fondé en 1769 fait parti de la célèbre Ivy League et possède autant de splendeur et de grandeur qu'Harvard à Cambridge et du MIT de Boston (Massachusetts Institute Technology). C'est l'une des plus prestigieuses et éminentes universités des États-Unis où seul six pourcent des demandes d'admission sont acceptées. Je prend plusieurs images dans "library" Baker avec sa tour-horloge, le site est grandiose. Ma caméra est toujours avec moi où que j'aille. Je ne sais pas si c'est moi qui devient vieux ou bien les jeunes qui paraissent de plus en plus jeunes. Près d'Hanover le village de Lyme où a été détectée la maladie de Lyme par une piqûre d'araignée. Ensuite sous la pluie en van je file par les chemins de terre errer au hasard dans les montagnes ou presque en atterrissant à Downer State Park sur le bord d'un étang en fin d'après-midi. Absolument personne, ni automobiles, ni connexion, que le silence absolu. C'est certain que je vais adopté le Vermont pour mes futures escapades car tout me ressemble ici pour sa nature, son style de vie et sa proximité avec le Québec. Des montagnes à grimper, des circuits à vélo, la quiétude et la beauté des lieux, la simplicité des gens, tout est présent pour se ressourcer à des coûts minimes. Il y a un réseau de petites routes de montagnes innombrables qui ne demandent à être découvrir.

24 septembre | Woodstock, Vermont 

Ce matin fraîcheur et grands vents, temps sec et frais parfait pour mouliner. 45 kilomètres à vélo au départ du Vermont Academy à Saxtons River vers Chester et Grafton. Un parcours idyllique avec de bonnes côtes à grimper et d'autres à descendre. Le Vermont à vélo c'est ça, c'est pas évident d'avoir des circuits sur des terrains plats car c'est un pays de montagnes, ça renforci les jambes et le cardio. C'est l'un des meilleurs endroits en Amérique pour le cyclotourisme. Au retour je suis aller à la cafétéria du collège, les soupes, breuvages et fruits sont offerts gracieusement entre les repas. Les jeunes qui étudient dans ce collège auront d'excellentes perspectives d'emploi. Ils sont assez bien encadrés et soutenus, le calme du site aidant largement à l'épanouissement personnel et les études. 

Je quitte ensuite vers Woodstock pour la nuit, je dors en arrière d'une église. C'est mon troisième séjour dans ce village unique au Vermont. Je ne me lasse pas par tant de beautés et de classisiques. C'est un village très touristique aux portes du New Hampshire. Bien des gens fortunés de Boston et de New York viennent y habités. C'est l'un des plus vieux villages du Vermont avec son "general store". C'est près d'ici à Windsor que fut signé l'indépendance de l'état en 1777. Le siège du comté de Windsor est à Woodstock et plusieurs anciennes industries requièrant l'eau des rivières s'installèrent ici notamment les moulins. Ce village possède une architecture éblouissante d'une renommée importante notamment par la ferme Harsh-Billings-Rockfeller qui est devenu un parc national. Harsh était cofondateur du Northern Pacific Railroad, philanthrope et grand protecteur de l'environnement. La famille Rockefeller acquis cette ferme pour la remettre au gouvernement fédéral par la suite. Il était le propriétaire de Standard Oil qui fit de lui l'homme le plus riche de son époque. On peut comprendre que bien de petits amis de ces gentilshommes veuillent bien être en vue en vivant à ses côtés à Woodstock. Qui se ressemble s'assemble. Je vais visiter avec enthousiasme le site demain matin. 

23 septembre | Saxtons River, Southern Vermont

"Don't sleep on the wheel". En soirée hier le "park ranger" m'a délicatement dit de me déplacer, ce que je fis en allant 200 mètres plus loin. J'ai jeté dehors mes restes de poulet, un ours noir est venu me visiter. Je rencontre un rude gaillard qui buche, je discute, sa mère était une Lacroix du Québec qui a vécu aux "states" avec ses six enfants et son mari qui travaillait sans cesse dans une grande ville, New Haven au Connecticut. Un jour mon ami bûcheron s'est dit je pars vivre dans les montagnes du Vermont avec ma copine au fond des bois, Dave ne voyage plus, il regarde ses zucchinis et ses concombres poussés. Les gens vivent en communauté en échangeant entre eux, ce que l'un a pas, l'autre lui fourni, c'est comme ça que ça fonctionne sinon en villégiature en vase clos ils viennent qu'à s'ennuyer. 

Cette nuit et aujourd'hui le thermomètre a descendu beaucoup, par chance que mes rideaux et ma van sont isolés. Journée tranquille à me promener sur les routes de montagnes vers Brattleboro sur Connecticut River à la frontière du New Hampshire. Brattleboro a déjà été une ville industrielle importante dont la plus grosse compagnie de fabrication d'orgues aux États-Unis "Esty Organ". Ensuite je file à Saxtons River en regardant bien pour demain les parcours de vélo. Deux des trois circuits sont éliminés dans ce secteur. Je me suis installer sur les terrains du Vermont Academy, une magnifique école privée qui date de 1876 haut de gamme pour les jeunes. Cette institution se caractérise par les activités en plein air. 

22 septembre | Lowell Lake State Park, Londonderry, Vermont

Les carillons ont chantées durant les grosses pluies à Dorset. À midi après une longue nuit à dormir, je suis parti à vélo vers West Pawlet sur la frontière de l'état de New York en passant par Rupert. Le parcours du guide à vélo est excellent, j'ai tenté un circuit en parti facile et l'autre difficile. J'ai monté à pied sur un kilomètre, la descente je filais à 65 kilomètres à l'heure. 50 kilomètres au total, pas une goutte de pluie malgré les apparences. J'ai visité ensuite le domaine Hilsene à Manchester Village où a habité le fils aîné d'Abraham Lincoln, Robert. J'ai eu la chance de faire un tour rapide car l'immense domaine était fermé, j'ai réussi à me faufiler dans un groupe privé. Ce site est d'une beauté incroyable avec la vue sur les Montagnes Vertes. Ensuite en van j'ai traversé Green Mountains National Forest vers Lowell Lake State Park à Londonderry près de la route 100 pour la nuit. Cette route panoramique et touristique longe l'est des Greens Mountains sur toute sa longueur. Des études de marché ont eu lieu au Vermont, la conclusion est que cette destination, son style de villégiature et ses infrastructures offrent un produit haut de gamme dans un cadre hautement naturel. Dans les années 70 prendre congé pour faire du cyclotourisme au Vermont ça prenait des salaires subséquents, à part moi-même bien entendu, on parle ici de moyenne.

21 septembre| Dorset, Southern Vermont 

Ça fait un mois aujourd'hui que j'ai quitté Québec, le temps file à vive allure, je suis très occupé à vivre. Du cyclotourisme au paradis aujourd'hui d'une quarantaine de kilomètres de Manchester Village vers Dorset. J'ai garé la van de l'Equinox Inn fondé en 1769 et de la montagne du même nom à plus de 1160 mètres, aux intéressés c'est 500$US la nuit. La plus ancienne carrière de marbre des États-Unis provient de Dorset dont le Musée des Beaux-Arts de Montréal bénéficia. Hildene était la résidence de Robert Lincoln, fils aîné d'Abraham Lincoln que je visiterai demain à Manchester Village. Le Vermont est un état à part aux États-Unis et en plus le pavé est excellent pour rouler, tout y est incroyablement vert et montagneux. Champlain l'avait constaté en découvrant les "Vert Mont" à partir du lac qui porte son nom. Des rivières coulent de partout, l'état jouit d'un microclimat  car situé entre les Montagnes Blanches à l'est et le lac Champlain et les Adirondacks à l'ouest. La population du Vermont entier est la même que la ville de Québec. Ce qui caractérise le Vermont, en plus de ses érables et de son cheddar, ce sont les "general store", de petits commerces locaux où l'on trouvent de tout même un petit restaurant au centre des marchandises. C'est un endroit pour être au courant des dernières nouvelles, c'est très dépaysant d'y prendre le petit déjeuner, on se croirait au centre d'une maison familiale.

Wikipedia est ma lecture préférée en vanlife, je ne pourrais m'en passer. Vermont est un autre monde, magique, un peu comme la Virginie Occidentale mais le Vermont excelle davantage dans le tourisme haut de gamme et le plein air. Les "reds barns" ces granges rouges foncées que l'on voient partout caractérisent le paysage.  C'est vraiment beau cet état, je m'y sens bien, les feuillus parsèment le territoire. Les "inn" sont partout, c'est-à-dire ces hôtels pittoresques d'où proviennent des gens de partout aux États-Unis se ressourcer dans une nature pure et protégée. Il y a beaucoup de "state park" mais le Vermont est comme un gigantesque parc qui recouvre le territoire selon moi. Au retour de ma randonnée j'ai pris une douche à l'Equinox Inn puis une visite au laundromat du village en nettoyant la van pour enfin me poser à à Prentiss Pond, un étang de Dorset. L'Appalachian et Long Trail utilisent le même sentier et passent à Manchester, les deux se séparant à Shelburne Pass près de Rultland au nord. Jadis à Londres les gens montaient sur un petit podium pour donner leurs opinions sur certains sujets, le Vermonteer était un train jadis ou certaines personnes faisaient la même chose. Les vermontois ont leurs opinions bien campées, la démocratie est maître des lieux, on est tout près ici d'un état socio-démocrate un peu comme au Québec qui partage sa frontière. On est bien loin du sud profond de la "bible belt".

20 septembre | Old Bennington, Vermont 

"This is great !" Journée de pluie, je visite le musée Clark Art Institute à Williamstown au Massachusetts. J'en ai vraiment pour mon argent, le tarif est 20$. Le bâtiment principal en marbre date de 1955 et accueille les grands peintres et sculpteurs classiques. Monet, Renoir, Pissarro, Troyat, Rodin, Goya, Delacroix, Rembrandt, Greuze, Gauguin, Degas, Turner et j'en passe.  Le fondateur du musée est Robert Sterling Clark dont son grand-père Edward était l'associé de Singer des célèbres machines à coudre. Son grand-père avait étudié le droit et travaillait dans la plus prestigieuse firme d'avocats de New York. Son petit-fils a hérité d'une somme considérable, il était collectionneur de peintures célèbres et a épousé une française du nom de Francine. Il avait plusieurs propriétés prestigieuses dans Manhattan et collectionnait les chevaux de course à Lexington au Kentucky. Le musée est entouré d'un parc somptueux au coeur des montagnes. Ça me fait pensé au musée Van Gogh dans les landes hollandaises. Je discute avec des gens, prend le thé et file vers le Vermont à Old Bennington qui est l'une des premières colonies de l'état. Une autre belle journée de comtemplation et de découvertes. Walloomsac Inn, l'un des plus anciens bâtiments depuis 1770 est depuis longtemps dans un état lamentable. Il servait de relais pour les gens qui arrivait de New York. Ce voyage  est peu dispendieux, l'essence moins chère qu'au Canada, les distances franchies chaque jour sont plus courtes car il y a tant de choses à voir et j'évite les restaurants. La Nouvelle Angleterre est un musée à ciel ouvert, pour le photographe que je suis tout est incroyablement photogéniques et inspirants. Tout cet univers réveille en moi l'artiste et l'explorateur.


Le Vermont possède 650,000 habitants ce qui en fait l'état américain le moins peuplé et le plus petit. Son territoire est boisé à 75 pourcent et la population vit dans la ruralité. La capitale est Montpellier, la plus grande ville est Burlington sur le bord du lac Champlain, le plus haut sommet est Mansfield Mountain dans les Montagnes Vertes avec 1340 mètres, la Long Trail et l'Appalachian Trail sillonnent le Vermont que j'affectionne particulièrement. Les gens sont fortement socio-démocrates et libéraux. Ces influences proviennent des gens de Boston et New York dont plusieurs possèdent des maisons secondaires dans l'état. 

Nombreux conflits ont eu lieu dans le passé avec New York pour le territoire notamment avec Ethan Allen et ses frères des Greens Mountains Boys. Ces derniers ont couragement combattus afin que le Vermont devienne indépendant. Le cyclotourisme fut inventé au Vermont par John F. Freidin, enseignant en littérature au Middlebury College. Ce dernier après son succès devint actionnaire dans Nortwest Airlines et sénateur du Vermont pour avoir contribué au développement du tourisme d'aventure dans l'état. Le premier guide de parcours fut "25 bicycle tours in Vermont que je possède. Le tourisme est la 2ème économie après l'agriculture et ses produits dérivés tels les produits de l'érable, le cheddar et les produits laitiers. C'est pour les érables que je termine en remontant par le Vermont car nulle part qu'ici l'automne aux États-Unis affiche de plus belles couleurs. Des amis me demandent si j'ai peur de dormir m'importe où que je réponds qu'il n'y a pas de soucis car tout le monde est sur internet de nos jours.

19 septembre| Williamstown, Bershires, North Massachusetts 

Right on, keep going" Petit déjeuner à Northampton, ville de 25,000 habitants ultra-libérale, la preuve est qu'il y a tellement de jolies femmes sans soutien-gorge que je ne flâne pas trop longtemps pour me distraire de mon itinéraire. Ensuite je file vers un village shaker, pour passer aux extrêmes, près de Pittsfield. C'est un village très beau, le tarif est 20$, j'asquiece et trouve un autre village shaker dans l'état de New York à Mount Lebanon qui est une école privée. Un centre de retraite juxtapose l'école dans Pittsfield State Forest. Le site est plus pittoresque et pas commercial, c'est le premier village shaker des États-Unis qui fut habité en 1787. Young, un fidèle scribe a écrit le journal de la communauté au quotidien pendant un demi-siècle. Les shakers sont des religieux strictes dont le travail est le centre de leurs préoccupations. Ensuite je me dirige au nord-ouest du Massachusetts à Williamstown, un "college town" flamboyant au coeur des Bershires aux frontières des états du Vermont et New York. Le plus haut sommet du Massachusetts est juste à côté, Greylock Mountain à 1060 mètres. Les Montagnes Vertes (Green Mountains) débutent à quelques kilomètres et Taconic Range termine sa course ici. La ville accueille depuis 1791 le Williams College qui offre des études d'arts libérales, Clark Institute est un musée d'art important dans l'état qui flirte avec le campus. Camp au cimetière.

18 septembre| Knightville Dam, Huntington, Massachusetts 

Les gens riches de Lenox ne passaient que quatre mois dans les Bershires, c'étaient leurs résidences secondaires ces châteaux. J'ai pris la route vers l'est pour explorer Monson State Hospital, l'un des plus vieux asiles de la Nouvelle-Angleterre qui date de 1854. Ce site en pleine nature a déjà accueilli plus de 74 bâtiments, le complexe est très surveillé par un patrouilleur. Je prends quelques photos, je comptemple ce site hors du temps d'où la végétation prend place sur le vieux bitume menant aux bâtiments. À Monson dans le village Je tente ma chance en discutant avec un vieil homme sur son balcon. Il a travaillé 25 ans à titre de préposé et de menuisier à l'hôpital. Il me dit que malgré ce qui se raconte de ces lieux il n'aurait pas eu peur d'y envoyer sa défunte mère. Il y a eu des histoires d'horreur à l'intérieur de ces murs, des préposés malhonnêtes et des médecins sans scrupules avaient leurs sombres réputations. 

Ensuite je vais voir si ma mémoire est bonne en tentant de retracer Sylvain Dallaire, ce franco-américain que j'avais rencontré à vélo il y a une dizaine de jours. J'ai trouvé sa maison assez rapidement par mon sens d'orientation inouï. J'ai pris le thé avec lui, il ne parle pas beaucoup. Originaire de la Beauce au Québec, il a du sang amérindien, je lui mentionne et il croit que oui. Il est très foncé, ses yeux sont bridés. Il a vécu avec sa famille à Springfield que j'ai traversé pour arriver chez lui. C'est l'une des plus grandes agglomérations de la Nouvelle-Angleterre, une ville violente avec beaucoup de crimes de toutes sortes, des politiciens corrompus, etc... il habitait à côté de l'armoirie, l'une des plus grandes usines de fabrication de fusils et d'armes à feu aux États-Unis. Son appartement est très modeste, il attend sa femme, il fume beaucoup et dit que son frère Gino est bien placé dans la construction.

Je quitte en me dirigeant vers mon deuxième point d'intérêt que j'avais raté il y a une dizaine de jours, Belchertown State School. C'est endroit est maudit, il accueillait depuis 1922 jusqu'à sa fermeture en 1992 des enfants retardés mentalalement. Ce n'était pas un hôpital mais une institution d'éducation. Le problème c'est qu'aucune forme d'éducation ne s'offrait dans cette immense complexe d'environ 75 bâtiments. Les enfants étaient emprisonnés et laisser à eux-mêmes dans une crasse immonde. En fait ils n'étaient pas tous des imbéciles ou des crétins comme on les appelaient, plusieurs étaient orphelins ou des enfants perturbés par différentes situations. On les a rendu fou, ça c'est aussi passé chez nous au Québec. Je marche sur le site qui est bien entretenu, une dizaine de bâtiments demeurent autour de nouveaux développements. Un poste de police est sur les lieux qui sont lugubres. J'entre dans deux des bâtiments, je trouve des vieux rapports de 1987 et pleins de débris. Sur des affiches sont indiqués "Asbestos" vous pouvez attraper le cancer si vous entrez et les tunnels ont été barricadés. En fait c'est l'amiante qui fait défaut, le plomb et le mercure. Dans un des bâtiments un couple de jeunes s'y cachaient en m'ayant vu entrer. Cette fois j'ai bien eu peur, ils étaient accroupis sur un tas de débris dans une pièce humide et sombre, ils ne cessaient de dire que c'est "cool". 

Il est temps que je quitte. Au retour je passe à Northampton, une ville ultra-libérale et de contre-culture, la ville est complément LGBT, une "pride parade" a lieu chaque année. La centre-ville est très animé, l'une des plus belles visitées maintenant à ce jour avec des rues piétonnes, des cafés terrasses et une architecture incroyable sur Connecticut River. Je quitte à nouveau pour me trouver un "spot" vers Knightville Dam à Huntington. Je suis complètement seul dans un petit parc qui ressemble à un camping, silence total.

17 septembre | Lenox, Bershires, Western Massachusetts 

Au départ de Stockbridge j'ai parcouru 56 kilomètres de vélo dans les plus beaux paysages qu'on puisse imaginer. Great Barrington, Glendale, West Stockbridge, Houtousic quelques kilomètres dans l'état de New York étaient sur ma route dans les Taconic Range. October State Park à côté de Lenox est le plus grand parc du Massachusetts et représente une bonne base pour les Berksires. J'ai visité The Mount à Lenox, un splendide palais français de 1902 où Édith Wharton a habité. C'était une écrivaine de renommée mondiale, première femme à gagner le prix Pullizer et un personnage de la haute bourgeoisie newyorkaise. Ce site est d'une beauté inconcevable digne des plus beaux domaines européens avec ses grands jardins.

Le château Neumkeag à Stockbridge était fermé pour la saison. Il fut construit en 1886 et est devenu un musée. Ensuite j'ai tenté de visité l'hôtel de prestige Canyon Ranch à Lenox sans succès, c'est réservé aux clients qui après avoir déboursé en moyenne 2500$ la nuit mérite d'être tranquille. C'était à l'époque le manoir Bellefontaine construit en 1897, le maître des lieux fut le dernier descendant des propriétaires de l'âge d'or à Lenox. Un ancien monastère est adjacent à l'hôtel dont le site est immense et d'une grande beauté. Lenox est une ville unique aux États-Unis pour sa beauté et son histoire. Après m'être baigner dans Stockbridge Bowl je suis aller au Kipralu Retreat Yoga Center à Lenox pour le souper. Je campe sur le terrain du Boston Tanglewood Music Institut à Lenox.

16 septembre| Stockbridge Bowl, Bershires, Western Massachusetts 

"Right on! this is absolutly georgous" Great Barrington est une petite ville de villégiature dans les Bershires à l'ouest du Massachusetts. Elle attira les gens fortunés des grandes villes où la surpopulation et la pollution régnaient. Certains d'entres-eux, les millionnaires, étaient propriétaires de grands chemins de fer et d'autres compagnies les plus importantes aux États-Unis au XIXème siècle tels les Vanderbilt, Carnegie, Rockfeller. La rue principale de la ville fut la première aux États-Unis à s'éclairer avec des lampes électriques. Pour développer le tourisme de Boston, New York et des grandes villes, les trains arrivèrent vers l'ouest du Massachussets dans les Bershires qui fut l'une des premières grandes destinations touristiques contemporaines. Des infrastructures touristiques importantes s'y installèrent. On conservait un style de bon goût naturel propre à la région de Lenox, Lee, Stockbridge et Great Barrington. 

Les cottages style Bershires furent à la mode avant la première guerre mondiale, de grands domaines et châteaux s'établirent et la région rivalisa avec les grandes stations balnéaires de l'époque telles Bar Harbor au Maine ou Newport au Rhode Island. Lenox est situé à mi-chemin entre Boston et New York, trois heures environ en train directement pour s'y rendre. Les coûts de l'âcre pour une propriété à Lenox étaient l'uns de plus chers aux États-Unis. J'ai visité de nombreux châteaux et domaines somptueux aujourd'hui et je n'ai pas terminé. Le château français de Searles à Great Barrington et Brookwood Manor à Great Barrington. Shakespeare Theater, The Mount, Belvoir Terrace qui est un camp d'arts pour jeunes filles, Whydhurst Manson qui est  devenu un monastère jésuites et aujourd'hui un somptueux club de golf. Shadowbrook de Lenox a été le domaine des Vanderbilt et d'Andrew Carnegie qui y décéda en 1919. Le domaine a pris feu en 1956 et un monastère des jésuites vit le jour en 1957. Nathaniel Hawthorne, poète et écrivain a nommé le lieu Shadow au ruisseau qui traversa la montagne. Shadowbrook a été la plus grande résidence privée aux États-Unis de l'époque avec le château Bitmore d'Asheville en Caroline du Nord qui appartenait aux Vanderbilt.  Aujourd'hui c'est le Kripalu Retreat Yoga Center qui est érigé sur le promontoire de Stockbridge Bowl. Les revenus en 2019 du centre à but non lucratif sont évalués à 37.5 millions. Le coûts de plusieurs châteaux hôtels pour une nuit à Lenox coûtent en moyenne 2000$ à 3000$US pour deux personnes tel Canyon Ranch que j'irai visité demain avec le fameux domaine Naumkeag de Stockbridge.

Pionnier de l'architecture de paysage, Frederick Law Olmsted insistait sur la valeur thérapeutique de la nature en ville contre les maux liés à l'urbanisation et à l'industrialisation. Par le recours à trois principaux éléments, boisés, prés et plans d'eau, traversés de multiples sentiers, il cherchait à mettre en valeur la pureté de la nature et à dégager des vues panoramiques. Il fut le concepteur paysagiste du parc du Mont Royal à Montréal et Central Park à New York, il aménagea plusieurs terrains d'hôpitaux psychiatriques en Nouvelle Angleterre de même que plusieurs centres de villégiature privés et publiques notamment dans les Bershires. Ses fils prirent la relève qui firent la conception de plusieurs aménagements de parcs nationaux et d'universités américaines. Le concepteur paysagiste du parc des Champs-de-Bataille à Québec est Frédéric Todd originaire de Concord au New Hampshire qui fut étudiant des frères Olmstead, il a contribué notamment à plusieurs ouvrages à Montréal et au Canada uniquement.

À Lenox le fameux Tanglewood, centre unique et prestigieux de concerts musicaux aux États-Unis abrite depuis près d'un siècle le prestigieux Boston Philarmonic Orchestra. Surpris à mon arrivée de voir le site fermé pour la journée, je rencontre John Ouellet guide bénévole depuis 30 ans à Tanglewood qui m'offre une visite gracieusement. Son grand père a habité l'Île d'Orléans et une plaque commémorative est denant sa maison. Je discute longuement avec lui d'histoire, c'est un pur traditionaliste et un nationaliste conservateur à la Biden, il fait peu confiance aux plus jeunes. La stratégie pour attirer les touristes et les millionnaires était de faire de la région un centre d'art et de culture inégalée, l'industrie des chemins de fer en profita. Le site historique d'une grande beauté possèdent des installations extérieures et intérieures incroyables. Des boutiques spécialisées d'alimentation haut de gamme à Lenox qui est à quelques kilomètres offrent des provisions sélectives pour les pique-niques en plein air aux spectacles et les gens sont très respectueux par un total silence aux représentations, on entends les mouches volées. Vanderbilt était dans les chemins de fer et Carnegie le fer, entre autre les voies ferrées. Andrew Carnegie comme bien d'autres millionnaires étaient de furieux philanthropes, Carnegie sur ces dernières dix-huit années versait 90 pourcent de ses revenus à des œuvres caritatives et cuturelles. À Stockbridge le fameux domaine Naumkeig est sur ma liste demain. C'est mon troisième séjour dans la région et je ne me lasse pas, je campe à Stockbridge Bowl sur la plage publique, je m'y suis baigné, l'eau est chaude et je ne peux m'imaginer être ailleurs qu'ici en ce moment.

15 septembre| Great Barrington, Bershires, Western Massachusetts 

"Here comes the sun". Ce matin j'ai grimpé Frisnell Mountain à 725 mètres, le point le plus élevé du Connecticut. Cette montagne partage son sommet avec le Massachussets dans Washington State Forest qui s'élève à 747 mètres. Débutant à Riga State Park par Undermountain Trail, après quelques kilomètres j'atteinds l'Appalachian Trail en parcourant une vingtaine de kilomètres. Je comprend qu'il est très facile de se perdre avec tous les sentiers existants, le GPS est obligatoire. De là haut le paysage est superbe avec la vue sur trois chaînes de montagnes distinctes et la vallée de l'Hudson River dans l'état de New York. Taconic Range où je me trouve à l'est de l'état de New York, les Bershires à l'ouest du Massachussets qui sont en parallèle avec les Taconic en se jumelant à Williamstown pour devenir les Montagnes Vertes au Vermont (Green Mountains) au nord, finalement Castkills Mountains  dans l'état de New York. C'est fort intéressant et attrayant les Bershires, j'y reviendrai car j'y passe quelques jours à vélo. Ce soir je me suis offert un restaurant thaï à Great Barrington où je passe la nuit, c'est une jolie petite ville dans l'une des plus belles régions de la Nouvelle-Angleterre.

14 septembre | East Twin Lakes, Salisbury, Northwestern Connecticut 

"What's a wonderful day". Pluie forte cette nuit chassant l'humidité faisant apparaître des couleurs jaunâtres dans les bois ce matin. Au départ à vélo de Salisbury, joli village des Appalaches situé au Northwestern Connecticut, je parcours une quarantaine de kilomètres dans un décor éblouissant. J'avais le choix entre deux circuits à partir du village, j'ai pris le meilleur, celui de Twin Lakes et de Housatonic River. Au retour j'ai pris le thé au White Hart Inn de Salisbury en attendant le changement d'huile sur la van. Cet hôtel-café est populaire et très attractif pour s'y délasser sur le "green" et rencontrer des gens. Ensuite je me dirige dans Washington State Forest au Massachusetts pour camper au pied de Frisnell Mountain dans Washington State Forest qui borde les états de New York et du Connecticut. Je suis au confluent des Berksires Mountains et de Taconic Range. Ces deux chaînes de montagnes appalachiennes débutent au sud du Vermont pour traverser l'ouest du Massachussets et l'est de l'état de New York pour se terminer au nord-ouest du Connecticut. L'Appalachian Trail traverse ces régions ainsi qu'une multitude de sentiers secondaires. 

Après m'être installer pour la nuit, un type rempli de tatouages en camion en passant me parle rapidement qu'il a rencontré deux personnes perdues en forêt, il est trop pressé pour les aider disant aller chasser, des fusils remplis à l'arrière de son siège. Ce type me dit indirectement que les "guns" sont plus importants que la vie des gens. Les deux marcheurs égarés arrivent cinq minutes plus tard, fatigués ils ont la mi-soixantaine et habite le coeur de New York à Manhattan. Ils ont de mauvaises chaussures, pas de sacs à dos, ni cartes et éprouvent des douleurs en marchant. À cette heure tardive je me devais de les ramener à plus de 40 minutes d'ici à leur voiture. Au retour ils m'offrent un billet de 100$, ils sont contents d'être en sécurité et crie Vive Canada en quittant. Je laisse tomber Frisnell Mountain, j'en ferai une autre et je campe près de Salisbury au bord d'East Twin Lakes près d'une jetée pour bateaux, l'endroit est magnifique comme toujours. Demain je m'offrirai un extra après la randonnée.

13 septembre| East Kent Hamlet, Western Connecticut 

À Harford un grand nombre de grandes compagnies d'assurances ont leurs sièges sociaux dans la ville. En Nouvelle Angleterre existe la "Ivy League" regroupant huits des plus anciennes et prestigieuses universités et collèges des États-Unis. En français c'est la "ligue de lierres" qui signifie que les lierres poussent sur les pierres anciennes. Ils ont été créés pour la plupart par les Britanniques. Voici la liste; Brown, Colombia, Cornell, Dartmouth, Harvard, Yale, Princeton, Pennsylvania University. Yale University est situé à New Haven au Connecticut. Hier je suis allé sur trois sites de "state hospital" en périphérie d'Harford; Cedarcrest à Newington qui est entouré de clôtures et de patrouilleurs, Undercliff State Hospital à Meriden dont tout a été rasé sauf la rampe menant à l'édifice principal et le mât du drapeau. Le dernier Connecticut Valley Hospital à Middletown au tiers occupé et rénové. La moitié d'un des bâtiments est placardé, le site est très grand comme la plupart et situé légèrement en hauteur pour bénéficier d'air pur par la thérapie morale et qui à l'époque facilitait le transport des personnes et des biens par la rivière. Frederick Law Olmsted, paysagiste de l'époque créa de nombreux aménagements extérieurs d'hôpitaux psychiatriques et de parc urbains tels Central Park à New York et le Mont Royal à Montréal.

Aujourd'hui j'ai visité Fairfield Hills State Hospital à Newton, le plus impressionnant avec Norwich. Plusieurs de ces institutions étaient construits sur le plan du docteur Thomas Story Kirkbride  qui prônait une architecture particulière pour soigner les malades mentaux. Selon ce médecin la construction même des bâtiments destinés à recevoir les patients a une influence sur la qualité des soins qui leur sont apportés. L'évolution de la maladie mentale dans l'histoire est un sujet fort intéressant. À son apogée il logeait 4,000 patients, à son ouverture on appelait ces derniers des résidents. L'état a offert pour un dollars le site à la municipalité qui a réussi, en parti, à intégrer et reconvertir les lieux. Le complexe est ahurissant et d'une grande beauté. À l'époque c'était de véritables villes autonomes, à Newton il y avait une ferme qui aujourd'hui est devenu "the friends of the second company gouvernor's horse guard". Des militaires volontaires entraînent des chevaux aux sorties des gouverneurs du Connecticut. 

Je mets près de trois heures à marcher autour des majesteux immeubles, le site est remarquable, les habitations des infirmières et des médecins sont abandonnées et dans un piètre état, la végétation pousse dans les verrière des maisons. Plus d'une cinquantaine de bâtiments étaient érigés pour le fonctionnement de l'asile (asylum). Au Connecticut Valley Hospital à Middletown plus de 80 structures ont été érigées sur l'immense site avec une vue plongeante sur la vallée, ce dernier était beaucoup plus ancien et datait de 1867. Tous les styles architecturaux étaient représentés sur ces complexes hospitaliers. Fairfield Hospital de Newton a ouvert ses portes en 1935 jusqu'en 1995. J'entre dans un des immeubles, le plus récent, je parcours les étages à la lampe frontale, c'est sinistre. Chaque étage a son poste des infirmières, c'est immense, je note par où j'entre pour ne pas me perdre. Sur internet on raconte avoir trouvé des tas de fiches sur les patients et leurs traitements tels la lobotomie, les électrochocs et les traitements à l'insuline, c'était il y a une dizaine d'années, on trouvait des tas de d'objets intrinsèques et beaucoup de vandalisme ont été rapporté. De nombreux tunnels reliaient les bâtiments pour faciliter le transport des patients et des biens surtout l'hiver. Je trouve un objet fait à la main représentant un ange construit dans des bouts de branches en train de lire. Malgré l'obstruction des entrées les gens réussisent à se frayer des chemins à l'intérieur. L'adrénaline est à son comble. J'entre dans un des bâtiments rénovés c'est un centre communautaire pour les aînés, j'y suis presque. Je discute avec des employés, ce bâtiment à l'époque était la cafétéria, à l'extérieur des travailleurs sont émus d'être là. Une microbrasserie est à l'intérieur d'un des bâtiments rénovés et des équipements sportifs de hauts niveaux entourent les lieux. 

Je quitte maintenant sur les hauteurs du Connecticut au nord-ouest de l'état, tout est étrangement beau. Un lac entouré de magnifiques et anciennes demeures, j'y fais le tour, je cherche un "spot" pour la nuit. Une petite route transversale au milieu de nulle part, qui n'est pas sur la carte, m'amène dans un petit stationnement isolé à côté d'un étang où un sentier débute. Je suis à East Kent Hamlet Nature Preserve Trust Land. Aucune interdiction, un endroit de rêve, le silence est total sauf la chute, lieu parfait pour écrire mon blogue et faire mes recherches. Quelques kilomètres me séparent des états de New York et du Massachusetts. Je suis bien ici, mon blogue me permet de partager mon euphorie.

12 septembre| Cheshire, Connecticut 

Journée de pluie et température affreusement humide, je me suis offert un délicieux déjeuner dans une "bakery" à Mystic. Je ne m'y attarde pas plus qu'il le faut, malgré sa riche histoire, c'est trop touristique à mon goût. La route côtière ne me passionne pas trop non plus, genre 132 ou 138 au Québec, pas suffisamment d'aventures pour moi quoique l'aventure est relative. J'ai atteinds mon objectif de me rendre ici constatant que la route empruntée est plus importante que son objectif. J'ai fait la connaissance d'une américaine d'origine indienne qui était avec ses parents, elle habite Philadelphie et va à un mariage au Rhode Island. Son nom est Pax qui en latin signifie "Paix", elle parle bien français pour avoir habiter la région bordelaise en France, elle est spirituelle comme son père, "god bless you". 

Je m'arrête à Rocky Neck State Park sur le bord de la mer. Je discute avec des gens du système de santé américain. Une personne de classe moyenne déboursera 2000$ par année pour se faire soigner et à 65 ans environ 1000$. À ces tarifs les brosses à dents sont fournies dans les chambres d'hôpitaux. Ensuite je vais sur New London, affreusement laide sur le bord de la Tamise (Thames en anglais). Ensuite je me dirige vers Connecticut River pour visiter l'original Gillette Castle State Park. Construit par un riche acteur dont ses parents étaient des politiciens de la haute société, ce château au coeur d'une forêt splendide est niché sur un promontoire plongeant la Connecticut River. Gillette a notamment été reconnu pour son rôle de Sherlock Holmes. Un peu plus au nord à East Haddam, le Goodspeed Opera House resplendissant de sa totale blancheur fut inaugurée en 1877.

Ensuite je tente Hartford, la capitale mais voyant le lot de voitures je bifurque vers ses agglomérations pour visiter d'autres "asylums". Je ne suis pas le seul à être attirer par ces lieux troublants et historiques. Je viens d'apprendre dans mes lectures que ces hôpitaux pouvaient nuire à la santé des patients et des travailleurs par la présence d'amiante et de peinture au plomb qui étaient fortement utilisés dans ces immeubles à cette époque. Voici la liste exhaustive tracée entre deux randonnés, il en existent beaucoup d'autres comme Pilgrim sur Long Island à New York, le plus grand au monde qui abrita 12,500 patients et 4,000 employés. J'ai visiter les sites ou bien les ayant manqués par distraction  ou méconnaissance, j'ai fait des recherches sur internet. Belchertown State School, Monson à Palmer, Seaside Sanitarium à Waterford, Connecticut Valley Hospital à Middletown, Norwich State Hospital à Preston, Cedarcrest State Hospital à Newington, Undercliff Asylum à Meriden, Faifield Hills à Newton. Ces sites qui appartiennent aux états font parti de différents plans d'aménagement mais il est très difficile de faire consensus selon les coûts en vigueur pour la revitalisation et la décontamination des sols. Pendant ce temps ce patrimoine pourri lentement. On connaît cette histoire aussi au Québec. J'ai fait l'historique de ces lieux car j'aime, comme les juifs la mémoire, me rappeller que la vie est pas facile pour tous. J'ai parfois tendance à regarder les plus heureux, cet exercice me fait réfléchir et en même temps me donne des d'autres objectifs de voyages que le plein air. N'aimant pas les grandes villes, ces centres étaient construits en pleine nature afin de retrouver la vie, santé, c'est une belle page d'histoire qui m'intéresse. Ce soir mon camp est à Cheshire sur un immense terrain de sport tranquille pour passer la nuit.

Je suis à 150 kilomètres de New York. Les rivières Hudson dans l'état de New York et la rivière Connecticut ont été de véritables routes pour les premiers colons et défricheurs. Les hollandais furent les premiers à s'y rendre de même qu'à New York qui s'est déjà appellé New Amsterdam. Boston fut fondé en 1630, Hartford 1635, New York 1624, la plus vieille colonie anglaise en Amérique du Nord est Jamestown en Virginie fondée en 1607 et la plus vieille cité d'Amérique du Nord est St Augustine en Floride fut fondée en 1565 par les espagnols. Dans la début vingtaine j'étais parti à vélo avec de lourdes sacoches pour me rendre à Mystic en descendant la rivière Connecticut, qui prend sa source à la frontière du Québec en Estrie, puis j'avais remonter vers Boston, le Maine et Québec. Je refais ce pèlerinage en mémoire de ma jeunesse, toutefois je conserve encore le même enthousiasme de ces "road trip" en regardant évoluer le monde pour le meilleur et pour le pire.

11 septembre | Noank, Atlantic Shore, Connecticut 

Le soleil s'est estompé sous les nuages ce qui a facilité la randonnée à vélo. Au départ de Windham dans la région que les gens appellent "Connecticut quiet corner", l'air humide dégage des odeurs de pin, le sol est rougeâtre, le parcours est vallonné et magnifique. 3.5 millions d'habitants vivent au Connecticut, sa capitale Hartford. Je mouline une cinquantaine de kilomètres en traversant quelques "state park". Je rencontre à Chaplin Alicia Jacques, une américaine d'origine canadienne-française, son père était de Trois Rivières. Elle est professeur de yoga, ses cheveux sont roux comme l'Irlande, son copain est directeur chez Vibram, fabricant de semelles athlétiques. Leur maison ancestrale est très belle, ils m'invitent à prendre le thé. Au retour après la baignade dans un lac splendide je suis très excité par mon projet de visiter "across the fence" le Norwich State Insane Hospital à Preston. Aujourd'hui une douzaine de bâtiments trônent le site près de la rivière Thames, jadis ce lieu appartenait aux amérindiens. 

L'hôpital a ouvert ses portes en 1904 jusqu'en 1996 et possédait jusqu'à 30 bâtiments. J'ai passé des heures entières dans une grande aventure. Tout devant moi est une œuvre d'art d'une époque révolue avec des formes et des couleurs irréprochables. Ce site jadis était resplendissant de beauté et de gigantisme, c'était une ville en soi complètement autonome. Un "state hospital" est géré par l'état et se réfère aux maladies mentales. Sur la route en m'approchant fébrilement du site je vois un bâtiment de pierre rouge de style gothique français avec ses tourelles mais en regardant de près d'autres édifices font leurs apparitions lugubres dans la forêt qui reprend doucement sa place. Devant moi l'exemple du mot "hanté".

Je débute avec un premier immeuble, ça sent le moisi, les endroits n'ont pas subis de traitements des déchets médicaux mais le temps s'en charge. Dans le deuxième bâtiment j'entre et je prends une multitude de photographies. Je suis ému autant que devant les temples grecques ou les ruines romaines. Ces bâtiments étaient d'une qualité exceptionnelle et les traitements assez modernes pour les connaissances de l'époque. Le pic de population de ces établissements psychiatriques fut dans les années 1950. À Norwich, 3,200 patients fréquentaient cette cité de la folie en 1955, on y faisait des expériences afin de breveter des médicaments  sur de dociles cobayes, l'industrie pharmaceutique est en plein essor.  Je suis de plus en plus téméraire, l'adrénaline monte, je pénètre dans un vaste bâtiment et aperçois trois jeunes adolescents punk qui ont eu très peur en m'apercevant croyant que j'étais patrouilleur. Ce vaste complexe était relié par des tunnels souterrains, depuis peu ils ont été détruits car trop dangeureux pour les "creepy" chasseurs de sensations fortes et de fantômes. Après ces moments fort mouvementés à plonger dans le passé il est temps de revenir dans la pâle modernité.

Cette fois je file toute vitesse vers la ville frontalière de Westerly au Rhode Island pour me rendre à Noank, village voisin de Mystic, ville portuaire et historique du Connecticut. Sur la route depuis quelques jours d'immenses panneaux solaires dans les champs ou sur les maisons apparaissent. Tout est privé près de la mer aux États-Unis, je trouve une petite rue "dead end". Je demande au propriétaire de la dernière maison si je peux me garer. Il se met à crier en s'approchant, je me rend compte qu'il est presque sourd. Je lui dit que je suis français, il me dit pas de soucis pour me stationner en me criant "Vive la France". Il commence à pleuvoir dans la baie qui abrite les nombreux bateaux. Je fait du tofu grillé à l'ail et curry sauté aux légumes et je reprends mes lectures qui deviennent abondantes autant que ma curiosité et mon goût pour l'aventure.

10 septembre| Scotland, Connecticut 

Les volets et les rideaux sont tirés dans plusieurs maisons, il fait chaud. Sur le site de l'ancien sanitarium de Rutland où j'ai passé la nuit il ne reste que le mât où flottait le drapeau. Je fais dix kilomètres de vélo et fais demi-tour, trop chaud, trop de circulation automobile, la chaussée est mauvaise au Massachusetts, pas d'acottement et trop près de Worcester, une grande ville. Je décide d'aller en exploration en pleine forêt à la découverte de "prison camp" près de Rutland State Park.  Il y a le cimetière où repose 59 détenus en pleine forêt à deux kilomètres du camp. Il ne reste que quelques ruines, un grand bunker et quelques tunnels qui ont accueilli des prisonniers de 1910 à 1933. De cet endroit ils ne pouvaient fuir en pleine forêt sans se perdre. Le lieu est désert et en ressort une curieuse ambiance. Le cimetière des prisonniers est à un kilomètre du celui des paysans pour ne pas profaner les défunts fidèles. De simples croix en bois y sont érigées et une plaque commémorative.

Ensuite je prend la route sur la route panoramique 169 vers le Connecticut. En traversant la frontière c'est plus calme et la route passe à travers les plus anciens villages de l'état qui datent de 1716 tels Pomfret et Woodstock. Je passe à côté du Rhode Island qui est complètement plat pour me rendre à mon point de chute pour la nuit à Scotland dans les collines en passant par Westminster. 

C'est samedi soir, j'arrive au bon moment, les gens se rassemblent au "green" du village pour le spectacle de musique. L'ambiance est parfaite, le décor génial en pleine nature, les musiciens excellents avec du folk, du rock et des "oldies". Ce qui caractérise le Connecticut ce sont les clôtures de pierres des champs. Le Connecticut est champêtre et boisé, les montagnes apparaissent vers l'ouest plus largement, les maisons sont majoritairement de styles coloniales. Je suis complètement entouré de grandes villes et en même temps je suis en pleine ruralité, c'est la beauté des États-Unis, sa diversité, ces contrastes flamboyants et son désir de franche liberté. Je parle de en plus avec les gens et tous sont vraiment gentils et accueillants. Je parle anglais très bien je puis dire humblement et j'en suis fier.

9 septembre | Rutland, Central Massachusetts 

Il existe deux grands poumons au Massachusetts. Le premier se situe dans les Bershires, région montagneuse à l'ouest de l'état, Greylock Mountain est son plus haut sommet avec 1026 mètres. Ensuite Quabbin Reservoir où j'ai fait ma randonnée de vélo aujourd'hui. Cet immense réservoir est protégé car la ville de Boston qui y puise son eau potable. Des villages dans le passé ont été expropriés pour obtenir ce bassin artificiel. À New York l'eau potable provient des Castkills au sud des Adirondacks. Chaque goutte d'eau des rivières et lacs de ces deux états sont précieusement déversées dans des réservoirs ou système de intelligent de récupération des eaux. Un jour viendra où ils devront transformer l'eau de mer car les réserves d'eau douce diminuent chaque année à cause des changements climatiques. Il serait inconcevable de passer le coeur de l'été à faire du vélo et de la randonnée en Nouvelle-Angleterre, c'est trop chaud. Je préconise des voyages en van dorénavant tenant compte des températures dans une moyenne avoinant les 25 degrés. Au Massachussets il y a sept millions d'habitants, Boston la capitale a elle seule 4.5 millions, c'est la dixième plus grande ville ax États-Unis. Les premiers arrivants au Massachusetts fuyaient les persécutions religieuses en Europe. L'état est réputé pour son commerce, son enseignement supérieur et son militantisme politique.


Aujourd'hui j'ai fait la connaissance de Sylvain Dallaire 55 ans, un franco-américain établit à Palmer depuis qu'il a deux ans. Sa famille provenait de Ste Rose-de-Beauce près de la frontière du Maine. Son père bûcheron a émigrer au Massachussets tout comme bien d'autres familles du Québec pour travailler dans les usines, les salaires et les conditions de travail étant plus favorables. 


À Palmer jadis existait un "state insane hospital", un asile ou "asylum" en anglais. Belchertown avait le sien aussi où des multiples sévices  étaient fréquents auprès des enfants, cet asile précis étant pour ces derniers. J'aime visiter ces lieux d'une autre époque où des sommes colossales étaient attribuées pour leurs constructions mounumentales rivalisant avec l'architecture européenne. L'aspect sombre et troublant de ces sujets tels la vie dans les usines (factory) ou anciennes prisons me passionne, en bref l'histoire. Jack Kirouac l'auteur de "sur la route" a influencé grand nombre de gens de partout par sa littérature, ses multiples voyages et ses propos révolutionnaires. Il fut fondateur de la "beat generation", qui a précédée le mouvement hippie. Il provenait d'une famille canadienne française qui s'était établie à Lowell, ville imprégnée de son passé industrielle près de Boston. J'aime l'architecture des vieilles usines aux pierres rougeâtres qui s'harmonisent de leurs lointains passés aux rivières des villes et villages de la Nouvelle-Angleterre. Le Massachusetts, le Connecticut et le Rhode Island font aussi partie de la Nouvelle-Angleterre. 


Ce soir je campe sur le bord d'un étang sauvage à Rutland qui est géographiquement au centre du Massachusetts. Rutland est la région la plus haute à partir de Boston. Jadis il y avait sur le site où je passe la nuit l'un des premiers sanitariums pour tuberculeux de la Nouvelle-Angleterre. Je me demandais à mon arrivée qu'elle était la signification de ce terrain vague et sauvage avec des restes de chemins goudronnés près de l'étang où je me trouve, je voyais bien que jadis il y avait quelque chose de grand et de significatif dans ce lieu oublié. Rutland Heights State Hospital a fermé ses portes en 1991 et fut en opération depuis 1898. Le lieu est assez lugubre dans une forêt éclairci, tantôt un individu à côté de son vélo avec sa lampe frontale est passé à la noirceur près de la van. Voyager en vanlife comme je le fais me renforci le physique et le mental, je repousse les limites de la peur et de l'audace, ce qui m'arrive je me dis que c'est ce qui devait arriver. Seul sur le canapé de mon appartement est tout aussi dangereux dans leune certaine mesure et ne m'assure pas d'aventures et d'air pur.

8 septembre | Royalston Falls, North Massachusetts 

À Keene durant hiver il y a trois pieds de neige au sol, les forêts sont très denses avec de beaux grands arbres d'essences variées et les routes traversent des tunnels forestiers. À partir du sud des états du New Hampshire et du Vermont la végétation et le climat change considérablement. Les lacs deviennent des marais mais les rivières dans les montagnes demeurent fraîches et limpides. La chaleur des lacs fait pousser les plantes aquatiques et les paysages champêtres prennent la relève à partir du sud de Keene au New Hampshire et Brattleboro au Vermont. Ce sont les lignes qui délimitent ces deux réalités distinctes. J'ai fait un parcours de 50 kilomètres à partir de Swanzy jusqu'à Winchester et Richmond. Des descentes avec des vitesses de 65 kilomètres et une montée qui m'a prise une heure. Je prends le lunch à Keene, il y a beaucoup d'itinérants malgré l'opulence des lieux. Cette ancienne ville industrielle a subi de magnifiques restorations sur la plupart de ses immeubles et usines, le centre-ville est attrayant et vivant. Ensuite je suis aller au Monadnock State Park afin de valider les informations pour gravir la montagne du même nom. Je laisse tomber ce sommet rocailleux, il y a beaucoup de marcheurs et les frais trop élevés, j'ai mes principes. Lorsque la préposée m'a mentionné que c'est la montagne la plus grimpée au monde ça m'a refroidi, je me dirige alors vers le Massachusetts à Royalston Falls où je passe la nuit en ayant fait le plein de propane au préalable.

7 septembre| Swanzey, Southern New Hampshire 

"Granit state is awesone". Selon un sondage qui a lieu chaque année pour savoir quel est l'état le plus en santé aux États-Unis (healty state), le New Hampshire l'emporte haut la main. Ma première journée de cyclotourisme du voyage s'est effectuée à partir d'Harrisville dans les Monadnocks. 62 kilomètres en boucle sur un terrain vallonné et facile à travers des paysages à couper le souffle. C'était frais, gris sans vent ni pluie, je suis chanceux d'être ici. Entre Concord et Keene les régions rurales, boisées et montagneuses sont époustouflantes. Keane est l'une des plus belles villes de la Nouvelle-Angleterre avec 25,000 habitants, c'est un "college town" et il y a tout ce que l'on peut désirer dans cette charmante ville et sa région. J'ai mangé des grillades et des salades dans un restaurant délicieux style buffet dans une épicerie santé pour me récompenser de mon beau travail.

Je suis surpris par tant de bon goût et de raffinement dans le sud du New Hampshire. J'ai parlé à beaucoup de personnes aimables et courtoises à Harrisville. Les gens ont un humour intelligent à la Woody Allen tel ce vieillard fringant à l'oeil vif qui m'a bien fait rire à propos des secrets perdus lorsqu'on habite dans un petit village. Un autre qui a quitté Cap Cod à la retraite avec sa femme brésilienne pour venir vivre ici dans ce village me disant que lorsqu'un nouveau résident acquiert une maison les voisins lui font la fête avec des biscuits et des gâteaux. Sa femme aujourd'hui a deux jobines et lui tond le gazon. Il n'y a que 500 personnes à Harrisville mais personne n'est seul. 

Il y a beaucoup de retraités dans ces régions qui possèdent des maisons secondaires. La pandémie et le télétravail ont changé les comportements, plusieurs vendent leurs propriétés dans les grandes villes à des prix exorbitants et habitent dorénavant dans leurs maisons secondaires. C'est une tendance qui s'accentue avec de plus en plus avec le vieillissement de la population. Plusieurs réalisent, tout comme moi, un bon matin en se levant que le bruit, la pollution et la circulation automobile affectent la qualité de vie et qu'il fallait prendre soin de soi avec une juste distance. À Québec il devient essentiel d'aller de l'avant rapidement avec la construction du tramway. Le tramway est une solution durable et proactive dans une cité touristique telle Québec afin de freiner le lourd trafic. Dans un large rayon autour de Boston et New York pour ne nommer que ceux-là, ces citadins retraités aisés offrent une culture propre aux endroits que je traversent en ce moment qui me plaisent beaucoup. La qualité de vie et la finesse de la culture environnante m'enthousiasme et m'enchante. Ce soir je campe à Swanzey au départ d'un sentier qui mène à Caesar Mountain aux frontières du Massachusetts et du Vermont près de Keene pour un prochain départ à vélo demain matin. 

6 septembre| Harrisville, South New Hampshire 

Pluie intense depuis dimanche. Aujourd'hui atelier de couture, lavage, épicerie, courses. Des garages d'inspection automobile gérée par l'état du New Hampshire sont partout. Il est obligatoire de faire inspecter sa voiture chaque année pour 45$. Un façon différente à l'état de prélever des sous que de charger des taxes. La forêt dans le sud de l'état et les routes sont très belles. Plusieurs aiment habiter ici car ils sont à proximité des montagnes, de la mer et des grandes villes telles Boston et New York. Je campe ce soir à Harrisville, joli village qui sera mon point de départ demain matin pour une randonnée à vélo de 55 kilomètres si la température le permet. Ce circuit provient du guide "best bike rides in New England".

5 septembre| Perkins State Wildlife Pond, Weare, New Hampshire 

"Les démocraties n'échappent au populisme que par cet effort en chacun de penser. La démocratie est donc à la charge des citoyens. Le peuple n'existe que par la sauvegarde des individus. Si nous l'abandonnons à lui-même, ce n'est plus un peuple, c'est une foule, une masse dont on peut craindre le pire. La foule ne sais que lyncher ou acclamer. Il faut donc défendre le peuple et les individus contre la foule, spécialement aujourd'hui contre cette foule médiatique qu'on appelle l'opinion publique". André Compte-Sponville. Le populisme croit dans l'ignorance, les réseaux sociaux regroupent beacoup de populisme dans des attitudes et réactions mitigées basées souvent dans le mépris et la haine, l'envie et le désespoir. Les réseaux sociaux ne regroupent pas des individus, sauf les narcissiques chroniques, mais une foule à la dérive dans l'anonymat, la clandestinité et l'isolement. Un grand nombre d'entres-eux ne sont pas considérés comme des individus distincts mais à titre d'une masse de consommateurs.

Le quart de la population au New Hampshire a des racines canadienne-française qui en fait l'état avec le plus de descendants québécois. Sa population est de 1.4 millions. Concord est la capitale qui très jolie, très britannique avec 43,000 habitants, la troisième plus peuplée après Manchester et Nashua. La grande majorité de la population se retrouve au sud de l'état près du Massachussets. Les gens de NH ne paient ni taxes de vente ni impôt sur le revenu, en contrepartie des taxes sont prélevées sur les terrains qui sont dispendieux. Je campe à Perkins State Wildlife Pond à Weare sur le bord d'un étang. Aujourd'hui je fus étonné de ne voir aucun étudiants dans le stationnement du collège où j'ai passé la nuit. À Franklin c'était tranquille aussi, je suis chanceux c'était "labour day". Avec la pluie qui est tombée j'ai bien dormi. Je suis aller faire des courses à Laconia qui est une ville assez riche avec beaucoup de commerces et de circulation automobile. Lorsque je trouve une ville intéressante c'est parce que la circulation est fluide ce qui n'est pas le cas à Laconia. Cette petite ville est sur le bord d'un immense lac, Winnipesauke Lake, il y a beaucoup d'embarcations à moteurs. C'est en bateau ou embarcation qu'il est agréable de séjourner dans cette région. Depuis 1916, pendant une semaine de juin, a lieu un rassemblement monstre de motos à Weirs Beach au nord de Laconia. En 2003 il y a eu jusqu'à 375,000 motocyclistes. J'ai rapidement quitté l'endroit pour me rendre dans la capitale de l'état, Concord, pour voir le "state house" et surtout me procurer l'atlas topographique du New Hampshire et du Vermont par "the Gazetter and Delorme". Ce cahier est indispensable et ils existent des versions sur différents états. Sans ce cahier je n'irais nulle part, je l'ai trouvé chez Gibson's library en face du "capitol house" après de nombreuses recherches. Toutefois tous ces guides de voyages et bien d'autres sont disponibles en ligne sur Amazon. Des versions usagées à bons prix sont disponibles aussi.

4 septembre| Franklin, New Hampshire 

La route traversant Evans Notch State Park dans les Montagnes Blanches du Maine est splendide. Beaucoup de randonneurs sont présents dans ce secteur agréable depuis que la saison a débutée. Il fait très chaud et aujourd'hui la pluie devrait commencer en après-midi. Je dois malheureusement annulé Baldface Mountain car avec la chaleur et la pluie c'est risqué. Cette randonnée déjà effectuée il y a très longtemps est l'une de mes préférées, il y a beaucoup de voitures dans le stationnement mais je décide de faire East Royce Mountain à la place. Sur Baldface ont vois bien Présidentiel Range avec les hauts sommets du New Hampshire et Washington Mountain, le plus élevé avec ses 1910 mètres. East Royce Mountain fait 1000 mètres et 300 mètres de dénivelé. La pente est très raide dans cette chaleur et la vue est belle d'en haut. On passe du Maine au New Hampshire durant les quelques six kilomètres au total. Je termine tout juste avant les grosses averses en ayant le temps de me baigner dans Cold River au retour. 

Les premiers habitants des lieux faisaient des encoches en forme de "V" sur les arbres qu'ils appelaient "notch", le nom est resté pour les cols car ils ont la forme du "V". Je rencontre quelques couples sympathiques avec lesquels je parle politique. Ils rêvent d'un nouveau Kennedy qui avait 40 ans lorsqu'il est devenu président. Biden et Trump sont trop vieux, d'une autre époque et divise la nation, laissons place aux plus jeunes disent-ils. Je tente de trouver le métier du type en m'essayant sur "l'enseignant", il m'avoue avoir passé sa vie dans "drug and alcool". Certains américains sont assez radicaux dans les mesures à prendre en politique mais ces échanges d'opinions sont largement intéressantes. La plupart des gens de New England sont démocrates. La Nouvelle-Angleterre est très propre, aucun déchet sur les routes ce qui contraste avec le sud des Etats-Unis. Je me baigne dans Saco River à Fryeburg avant de traverser vers Conway, ville commerciale du New Hampshire au sud des Montagnes Blanches. Kancamagus Highway débute à Lincoln pour se terminer à Conway cinquante kilomètres plus loin. Cette route panoramique est reconnue pour être l'une des plus belle des White Mountains. La maxime que j'aime beaucoup du New Hampshire que l'on peut lire sur les plaques d'immatriculation est "live free or die". Ce soir je campe derrière un collège tranquille à Franklin, ancienne ville industrielle du New Hampshire. La pluie tombera quelques jours et ce n'est pas le moment de me pointer dans les Montagnes Blanches. Curieusement avec les orages ce soir, à côté de moi, une affiche indique les "hurricanes", équipe collégial de football qui est le sport national aux États-Unis.

3 septembre| Evans Notch State Park, White Mountain National Forest, Stow, Maine 

Journée tranquille dans un beau secteur à Bethel, porte d'entrée du Maine par le New Hampshire. Il y a beaucoup de groupes de motocyclistes qui passent ici pour se rendre à Laconia au New Hampshire. Grafton Notch State Park est la suite pour me remémorer de bons souvenirs de groupe en randonnée. Plus tard je me dirige à Evans Notch State Park dans White Mountain National Forest au Maine à un kilomètre du New Hampshire. L'endroit a bien changé, il y avait des "free camp" qui maintenant sont payants. Pas de soucis je passe la nuit dans un cimetière de Stow qui ne possède qu'une dizaine d'habitations. Je n'aurai pas à payer comme toujours, c'est certain que ce sera très calme de ce côté. Samedi soir dans un cimetière ça pourrait être mieux quoique j'ai demandé à quelques jolies américaines de m'accompagner en van, elles ont répondues par la négative, soit qu'elles travaillent ou sont mariées, si elles sont trop vieilles il est trop tard, elles sont dans le cimetière à côté. Les centres commerciaux ont toujours rivaliser avec moi concernant l'intérêt des dames, c'est dommage car tout ce beau matériel n'entrera pas dans leurs cercueils, question de choix. Demain matin, avant la pluie, je ferai ma dernière randonnée pédestre au Maine qui sera très spéciale. Elle fut effectuée il y a très longtemps en groupe aussi, je me promettais de récidiver celle-ci. Quand je vois les gens avec des chiens je me demande qui promène l'autre !

2 septembre | West Paris, Little Androcoggin River, Maine

Pour certains un arbre c'est de l'argent, pour un autre c'est un être vivant. Il y a huit Bald Mountain au Maine, ce matin j'ai grimpé ma deuxième du voyage, c'est ma troisième randonnée consécutive. Ce fut bref et magnifique avec une montée très abrupte qui valait le coup car le spectacle était saisissant. En face, Blue, Tumbledown et Little Jackson Mountains, de l'autre côté Webb Lake. Ensuite je prends la van dans une dédale de petites routes pour découvrir des régions méconnues du Maine et les montagnes à grimper sauf qu'aucune d'entre-elles m'inspirait cette fois-ci. J'ai fait réparer un truc sur mon toit ouvrant, le coût 5$, à Montréal j'aurai payer pas moins de 60$. Aux États-Unis on peut trouver le meilleur et le pire, c'est pas homogène. J'ai bifurqué une autre fois vers Paris Hill et West Paris sur Androcoggin River pour dormir en arrière de la librairie du paisible village.

1er septembre| Weld, Webb Lake, Blue Mts, Maine 

Au réveil direction Tumbledown Mountain Public Lands pour une randonnée pédestre en boucle de quinze kilomètres. "Tumbledown Mountain is the hike number one in Maine". C'est pas une majeure mais c'est vraiment la randonnée à effectuer en montagne au Maine. L'accès s'effectue par un long chemin de terre en van par Byron ou Weld. 

Cette montagne et ses trois sommets culminent à 930 mètres avec un dénivelé de 515 mètres, une pure merveille avec ses cristaux de quartz brillants au soleil. Je crois l'avoir déjà grimper mais je ne m'en souvient plus ayant tellement fait de sommets en Nouvelle-Angleterre. Je débute sur Brook Trail, les mains sont utilisées en escalade sur le quart de la randonnée à travers de grosses roches, la montée est abrupte mais pas extrême, faut être prudent. Il est possible de poursuivre à Little Jackson Mountain. Les randonneurs font la pause à Tumbledown Pond en haut, un lac alpin, c'est vraiment beau. Au sommet j'ai cru arriver à "Winterfall", la neige tombait presque. Je suis descendu par Parker Ridge Trail. Quatre heures de marche au total, quelques randonneurs en chemin dont une classe d'étudiants dont j'ai fait quelques blagues en racontant des histoires en anglais, c'était cool et les "teachers" aussi. Ensuite en van je suis aller à Coos Canyon et "Height of Land", un immense plateau naturel à côté de l'Appalachian Trail qui surplombe la chaîne de lacs qu'on appelle Rangeley Lakes. C'est une immense région à part entière. J'ai cueilli un sac de pommes dans un verger abandonné à Byron et j'ai rebrousser chemin pour retrouver mon spot d'hier soir au "town hall" de Weld sur Webb Lake.

30 août | Weld, Webb Lake, Blue Mountains, Maine

Les champignons ont commencés à pousser comme des champignons. Pluie forte cette nuit j'ai bien dormi aucun bruit, aucune lumière. Aujourd'hui le paysage est montagneux et plus sauvage. Je visite le village pittoresque de Paris Hill perché sur une colline. Le vice-président d'Abraham Lincoln y habita de même que son avocat personnel, Annibal Hamlin qui fit construire une petite prison en bloc de granit. Je discute avec des gens très courtois. Le site est classé historique et tout reflète la beauté. Ensuite les petites routes de montagnes s'entrelassent sans fin dans un décor sublime. Les paysages sont plus diversifiés sur une courte distance aux États-Unis comparativement au Québec. Je possède au Maine, en plus de l'habituel carte routière, un atlas de cartes topographiques fait par les Éditions Delorme, ce cahier est essentiel. Je vais me procurer celui du New Hampshire qui englobe le Vermont du même éditeur. 

Ce qui surprend aux États-Unis ce sont les petites routes pittoresques et asphaltées que l'on retrouvent partout, que ce soit à la campagne, en forêt, dans les bois, ceci me fascine car au Canada il n'y a pas ce réseau de routes. J'arrive sur l'une d'entre-elles perdue au milieu de nulle part à Little Concord Pond State Park. Je grimpe Bald Mountain par un sentier escarpé. Au sommet c'est de toute beauté avec une vue panoramique en seulement six kilomètres aller-retour. Je prends mon temps je rempli mes réservoirs d'eau de source. J'ai pris l'habitude à chaque fin d'après-midi de laver la van, c'est un rituel qui est bon pour le moral. Ce voyage est peu dispendieux en Nouvelle Angleterre, l'essence moins chère y fait beaucoup. Je campe ce soir à côté de Blue Mountain State Park à Weld sur le bord de Webb Lake. Il y a tellement de plein air de qualité à faire en Nouvelle Angleterre, je ne lasse pas.

29 août | Norway, Maine 

Les gens sont privilégiés de vivre au Maine avec la mer à proximité, les montagnes et les paysages d'une grande harmonie aux couleurs d'un riche passé. L'architecture est de bon goût partout et les gens sont simples et courtois. Les touristes bien souvent délaissent l'intérieur du Maine car ils préfèrent ses plages. C'est bien comme ça, je suis tranquille ainsi pour me régaler à ma guise sans la horde de citadins et de banlieusards pressés. Traverser la Nouvelle-Angleterre est un pèlerinage dans le temps, c'est le berceau de la nation. On appelle "old money" les premières familles richissimes qui sont arriver de l'étranger pour s'établir sur la côte Est ou ils ont fait fortune avec le développement économique des États-Unis. Au XIXe siècle de grandes usines arboraient les centres urbains. D'immenses "factory" de textiles et de la chaussure entre autres faisaient travailler les gens peu éduqués. De nombreuses familles québécoises dans le besoin venaient participer à cet essor dans des conditions très difficiles. Faut se rappeler qu'à une certaine époque l'automobile n'existait pas et que les gens s'entassaient dans les grandes villes parfois insalubres et dangereuses. Le train est apparu permettant de fuir les villes, les châteaux-hôtels de la Nouvelle Angleterre ont submergés sur les plus beaux sites naturels pour répondre aux besoins importants se se rapprocher de la nature et apporter le développement économique partout où le train passait. La plupart de ces châteaux-hôtels aujourd'hui n'existent plus car étant construient en bois avec de larges foyers ils brûlèrent tous. la nuit dernière j'ai dormi à l'emplacement d'un de ces hôtels gigantesques qui a brûlé en 1956, l'hôtel Belgrade, il avait 90 chambres. Quelques-uns ont survécu tels Bretton Woods ou l'hôtel du mont Washington dans la chaîne présidentielle du New Hampshire. L'automobile et les routes aménagées ont été créés après le train et vers les années 1950 les châteaux-hôtels ont été délaissés pour des cottages plus discrets et tranquilles. Les familles riches se sont appropriées rapidement des magnifiques sites naturels près des lacs, des rivières ou des montagnes. Seuls les gens riches disposaient suffisamment de temps pour faire des activités récréatives, de plein air et suivirent la spéculation immobilière excessive. Les familles pauvres ne pouvaient se permettre une journée complète à faire du vélo au Vermont ou de la randonnée pédestre dans les Montagnes Blanches du New Hampshire. Plusieurs artistes, écrivains, philanthropes ont contribués en partageant des récits à faire de ces lieux un endroit unique au monde. châteaux-hôtels ont été délaissés pour des cottages plus discrets et tranquilles. Les familles riches se sont appropriées rapidement des magnifiques sites naturels près des lacs, des rivières ou des montagnes. Seuls les gens riches disposaient suffisamment de temps pour faire des activités récréatives, de plein air et suivirent la spéculation immobilière excessive. Les familles pauvres ne pouvaient se permettre une journée complète à faire du vélo au Vermont ou de la randonnée pédestre dans les Montagnes Blanches du New Hampshire. Plusieurs artistes, écrivains, philanthropes ont contribués en partageant des récits à faire de ces lieux un endroit unique au monde.  Ceci représente qu'un abrogé de l'histoire riche de la Nouvelle Angleterre. Au début de ma jeune vingtaine je parcourais en vélo la Nouvelle Angleterre ne cessant de m'enthousiasmer et aujourd'hui je refait ce même chemin avec le même enthousiasme de mes vingt ans. Les voyages que j'ai fait dans ces états magnifiques m'ont influencés largement à devenir guide d'aventures et créé mon entreprise en 1994. Je n'ai cessé depuis de parcourir le monde. Je prends conscience aujourd'hui que mon aventure a débutée ici en Nouvelle Angleterre. Je me rappelle d'une période ou je voulais vivre dans les Cantons de l'Est pour me rapprocher de la Nouvelle Angleterre qui était et est encore ma source d'inspiration, quel chemin parcouru, quel détour sinueux. C'est en Nouvelle Angleterre, dans l'état de New York et de la Californie que sont réunis la plupart des démocrates libéraux des États-Unis. De vieilles traditions se transmettent ici, je suis heureux de constater que je suis au bon endroit en ce moment.


Mon aventure c'est poursuivi par la traversée de la capitale Augusta sur Kennebec River qui est peu intéressante. Ensuite j'ai pris la direction d'Albion où Christopher Knight, le dernier ermite, a vécu avec sa famille. Il me paraissait logique de poursuivre mon enquête. Je m'assoie à une table du modeste restaurant d'Albion et je débute une conversation avec trois hommes qui habitent le village. Je dis connaissez-vous Christopher Knight?L'un d'eux me répond avoir été à l'école avec lui me racontant quelques anecdotes. Il me donne l'adresse de sa mère à Pond Road. Je me dirige immédiatement vers la maison jaune et brune en haut de la côte à droite qui est magnifique, je frappe à la porte. Le gars à l'intérieur ne m'entends pas, je lui parle par la fenêtre et il  vient discuter. Il a acheté la maison des Knight qui sont décédés il y a quelques années mais il dit que son frère plutôt étrange habite la maison à côté et que Christopher habite Waterville. Je me dirige à la maison adjacente, je frappe, personne, mais la porte de la voiture est ouverte. J'entre par le garage et vois un homme dormir sur sa chaise de bureau dans la maison. Je dit "hello", il viens vers moi, il est très grand et mince avec des lunettes épaisses et une casquette. Son regard est vide, sans émotions, il ressemble à son frère presque jumeau. Il n'est pas bavard, je semble le déranger. Je lui demande s'il est le frère de Christopher, il me dit plus maintenant. Il a aussi une autre frère et commence à me parler de la maladie mentale de Christopher, autisme asperger. Les gens qui sont atteints de cette maladie neurologique sont très intelligents mais n'ont pas d'émotions, sont renfermés et sans réseaux sociaux. Les métiers dans lesquels ils excellent sont l'ingénierie et l'informatique. Le type étrange qui me parle semble être affecté de ce problème. Son garage est plein d'outils et d'instruments mais sa maison est quasi vide, il ne me fait pas entrer et après 5 minutes il me dit de quitter immédiatement les lieux, ce que je m'empresse de faire en le remerciant. Ce soir je viens d'écrire à l'auteur du livre pour lui raconté mon aventure, il habite le Montana et est l'auteur de plusieurs ouvrages de journaliste et d'écrivain.

Plus tard l'aventure à Waterville se poursuit sur les rives de Kennebec River en tentant de retrouver Christopher, l'aiguille dans la botte de foin. Ensuite je chasse tout ceci de ma pensée en allant sur Lewiston, ville franco-américaine importante du Maine. Cette ville fut à compter de 1850 la capitale du textile et de la fabrication de chaussures aux États-Unis. L'hydroélectricité en provenance de la rivière Androscoggins, la création  d'un canal et le train a permis la mise en oeuvre de multiples et gigantesques "factory". Les premiers trains en provenance du Québec ont apportés un flux d'immigrants francophones importants qui a valu le titre du "Petit Canada" du Maine. Le chômage, la famine et les nombreuses familles ont fait rêver les québécois de 'l'americain dream". Des églises catholiques ont vues le jour et encore aujourd'hui 25 pourcent de la population parle français à la maison. Jusqu'à 8,000 travailleurs, parfois des enfants, ont travaillé dans ces usines qui ont même fabriqué des vêtements destinés aux militaires américains. Cette ville est triste et maussade malgré les efforts de reconstruction tout comme Waterville. Ce soir je suis "in the middle of nowwhere" près de Norway au bout d'un chemin de terre dans un champs peuplé de criquets. J'ai eu de la difficulté à me trouver un beau spot. J'avais deux randonnées de vélo à faire dans les parages mais les endroits n'étaient pas favorables. La maîtrise de mon anglais s'améliore considérablement car en voyageant seul j'effectue davantage d'efforts. Les villes au Maine portent des noms européens tels Paris, Athens, Oxford, Belgrade, Rome, Madrid, Mexico, Cambridge, Peru, Sweden, Moscow, Vienna, China,  je voyage beaucoup en demeurant tout près.


28 août | Belgrade, Long Pond, Maine

Aujourd'hui j'ai vécu une aventure délirante à la recherche du camp de l'ermite à Little North Pond de Rome. En quittant le village Amish de Mercer je me suis diriger fébrilement dans le comté de Rome. L'histoire a débutée ce printemps avec la lecture du livre de Michael Finkel le "dernier ermite" qui raconte la vie de Christopher Knight. C’est l'histoire incroyable d’un homme qui a vécu seul pendant 27 ans dans les forêts du Maine à compter de 1986. Christopher Knight est un jeune homme intelligent, timide et autiste qui décide de quitter la société des hommes pour vivre dans une solitude totale au cœur des bois. J'avais bien pris note avant mon départ des lieux et j'ai ensuite repérer les chemins d'accès et aussi discuter à la mairie de Rome du sujet. Ensuite j'ai retourner arpenter le secteur vers Pine Tree Camp, lieu de séjour pour handicapés mentaux. J'ai discuté avec la directrice qui a connu cette époque qui a littéralement troublé les gens du secteur. 

L'ermite a volé des vivres et des biens dans les alentours pour survivre durant son ermitage sans jamais se faire attraper et ainsi terrorisé les citoyens. Il n'y a pas de sentiers menant au camp de l'ermite en pleine forêt à l'ouest de Little North Pond. Ensuite j'ai pris Knight road, un chemin de terre privé avec une affiche bien en vue avec du lettrage rouge interdisant l'accès sous peine de poursuite policière. Je camoufle ma van tout près et je prépare mes affaires pour une expédition téméraire, j'en suis pas à ma première du genre mais celle-ci est spéciale. En débutant ma marche dans le "private road" deux hommes se dirigent vers ma direction en quatre roues tirant une petite remorque. Je discute avec eux, ils sont gentils, son nom est Dwight Allison, il habite près du lac à dix kilomètres. C'est un gentleman, il me parle de l'ermite et m'indique la position géodésique du camp en me disant qu'il n'y a pas de soucis à marcher ici mais d'être prudent. Lorsqu'ils quittent je me rend compte que j'ai oublié mon GPS dans sa remorque. Merde ! je suis très mal à l'aise, j'essaie de trouver leurs traces sans succès mais je me rappelle son nom. Je me dirige alors au "city hall" et heureusement Dwight était dans le registre des propriétaires, j'ai eu gracieusement son numéro de téléphone. Quelques minutes plus tard Dwight est venu m'apporter gentillement mon GPS. 

À ce moment je décide de retourner en forêt avec la volonté de retrouver le camp de l'ermite. Je n'ai pas été capable de noter adéquatement les coordonnées géodésiques de l'emplacement et après deux heures et demie hors piste dans la canicule sur d'énormes roches et des mousses épaisses j'ai fait demi-tour. J'avais vu bien pire au Québec et j'étais bien entraîner pour ça. C'était chercher une aiguille dans une botte de foin. Son camp était dans une semie grotte à ciel ouvert à l'abri des regards et quasi impossible à trouver sans la position géodésique exacte. Au retour j'ai discuté avec quelques voisins des alentours et l'un deux est devenu complètement furieux. En essayant de retourner m'expliquer son voisin a dit qu'il y en a qui sortent leurs "guns" pour moins que ça aux États-Unis, probablement un trumpiste. Les gens sont vraiment en colère car il y a beaucoup de curieux comme moi qui tente de retrouver le camp de l'ermite parfois en pleine nuit pour passer incognito. On raconte qu'un jour il y aura un sentier officiellement tracé et publique. 

Les maisons souvent somptueuses qui bordent les lacs de la Nouvelle-Angleterre sont très recherchées pour leurs beautés et ce sont surtout les gens riches des grandes villes qui se les approprient souvent comme résidences secondaires pour fuir l'agitation et la pollution des villes. Les ultras riches de par le monde déterminent ceux qui vivront ou ceux qui creveront, c'est ainsi que ça se passe. Il n'y a pas de mécanismes d'autorégulation, comme au Canada, cela créé d'un côté les riches et de l'autre les pauvres. Je suis privilégié ce soir d'être dans ce lieu avec les biens nantis de bon goût de la planète. Demain j'irai nager au réveil en pensant à ceux qui ne peuvent se le permettent. Dans mes rêves les plus fous, j'habitais en Nouvelle Angleterre. Je découvre au Maine des endroits de rêves qui n'ont rien à voir avec ma ville d'adoption. Les huards viennent me souhaiter bonne nuit, je ne suis plus pressé, c'est maintenant que ça se passe.


Ce soir je suis installé à Long Pond Beach de Belgrade. Le petit village d'une beauté inouïe est situé entre deux grands lacs et d'une chaîne de sept lacs consécutifs. Les gens qui vivent avec un peu de sous ici possèdent une qualité de vie extraordinaire. La capitale Augusta est à 30 minutes, je meurs de jalousie en pensant à ces gens alors que je vis au centre-ville d'une agglomération de près d'un million d'habitants dans le bruit et le va-et-vient incessant.

27 août| Smithfield, North Pond, Maine

Au lever petite randonnée pédestre sur l'Appalachian Trail vers Piscataquis River à Blanchard et baignade délicieuse à Heron Lake de Monson. Ma meilleure trempette de l'été. Les eaux des lacs et rivières en Nouvelle-Angleterre sont limpides et fraîches, rien de comparable à travers l'Amérique du Nord. Ce sont des moments de pure jouissance que ces baignades au coeur des Appalaches. Je vois par ici des rénovations sur des vieux bâtiments que jamais ils ne seraient effectuées au Québec, nous n'avons pas les mêmes priorités et le sens de la conservation. Les routes dans le Maine sont pratiquement neuves partout. La population de l'état est 1.5 millions d'habitants qui est très peu en rapport avec d'autres états de même dimension.  Ensuite je me suis diriger à Big Wilson Falls sur l'Appalachian Trail à Monson. Une petite randonnée facile de huit kilomètres avant d'aller prendre le thé sur une terrasse à Monson, un très joli village. 

J'ai trouver 10$ par terre et j'ai partager ma joie avec une touriste américaine lui disant qu'il me manquait que "making love" pour que la journée soit parfaite alors que je voulais dire "falling in love". Je trouvais qu'elle faisait une drôle de gueule, j'ai bien compris pourquoi. J'ai payer avec les dollars trouvés la confiscation de mes denrées à la douanes. À la campagne aux États-Unis les fermiers déposent des fruits et légumes sur le bord du chemin dans de petits kiosques pour les passants et l'on mets les sous dans une petite caisse. J'aime beaucoup cette libre formule. En roulant en van c'est la musique rock et country au fond la caisse jusqu'à Smithfield sur le bord de North Pond. J'y ai rencontré une franco-américaine comme il y en a plusieurs dans le Maine qui est en train de rénover un "general store". Les lumières subtiles de fin d'été et les chants des criquets sont sublimes. Il y a une beauté et une énergie incroyable au Maine. Demain je vais au devant de quelques découvertes plutôt particulières.

26 août | Blanchard, Piscataquis River, Maine

Mon blogue s'adresse davantage à l'individu qu'au public. Je ne recherche pas les grandes réconciliations avec la masse mais avec quelques artisans qui ne voient pas seulement la vie sous des aspects pratiques et limitatifs. Deux heures de route lentement vers la frontière américaine à Jackman. En arrivant aux États-Unis la magie s'effectue une fois de plus. L'aventure pour chacun d'entre-nous est relative, pour certains elle débute dans les centres commerciaux afin d'y retrouver les chaussettes de la même couleur que ses sous-vêtements. Pour d'autres c'est grimper le Kilimanjaro. Nous avons tous nos opinions et nos goûts en rapport avec l'aventure, la beauté du monde et les rapports humains. En ne voulant être critique, je m'apparente davantage aux anglo-saxons sur une majorité d'aspects, je préfère leurs paysages, leurs maisons et leurs styles de vie empreint de simplicité et de pragmatisme. Les anglophones sont moins nerveux, anxieux et plus confiants que les québécois. Ils sont davantage conservateurs et traditionnels et plus strictes concernant les règles et la discipline. Les québécois sont surtout des artistes de la parole et de la débrouille. Si nous avions été si malin l'Amérique du Nord serait peuplé de francophone, nous étions les premiers pourtant. Certes ceci étant dit à plusieurs reprises je ne reviendrais plus sur ces différences. Aux États-Unis me sens dépaysé, à ma place et enthousiasme devant à peu près tout sur mon chemin, toutefois je prend bien soin de tracer ma route selon mes critères. La douanière m'a confisqué mon bois de chauffage, mes oeufs, poivrons, tomates et avocats. Je ne sais pas s'il est possible de tuer des gens avec ses denrées mais je crois que les armes à feu "made in USA" font davantage de décès à Montréal ces temps-ci que les tomates du jardin. Enfin avec délicatesse elle me souhaite bon voyage, je lui suis souhaite bon appétit. Jackman est très joli porte d'entrée, la plupart des québécois qui passent ici n'ont de pensées que pour la plage et ses promesses, ils ne s'apercevront même pas pour la plupart qu'il y a un village ici. 


À Rockwood j'aborde le rivage du plus grand lac à l'Est du Mississippi, Moosehead Lake. Je m'arrête au quai pour contempler le majestueux lac et l'île Kineo en face et rejoins Greenville par la suite. Kineo était un chef indien réputé et la montagne tout près provient du nom de sa femme Big Squaw. Les premiers trains ont vus le jour sur la côte Est américaine, ce fut le déclencheur du tourisme de masse. Le train entre les citadins de la côte et Greenville est devenu incontournable pour ceux qui voulaient découvrir une nature intacte.


Cet endroit propose toujours un décor spendide dans un immense territoire sauvage qui englobe la rivière et le lac Allagash à la frontière du Québec. Lorsque les touristes arrivaient à Greenville, un bateau à vapeur les amenaient sur l'île Kinéo dans de somptueux hôtels de villégiature. Le XIXe siècle était l'âge d'or des premiers touristes et des grands "lodges" de luxe qui pour la plupart ont disparus aujourd'hui. Le vieux bateau à vapeur trône toujours à Greenville, le Kathadin du même nom que la plus haute montagne du Maine au Baxter State Park près de Greenville. C'est un
endroit que j'ai beaucoup fréquenté pour la randonnée en groupe notamment pour son fameux "knife edge".


Le pin est l'arbre officiel du Maine qui représente 90 pourcent du territoire qui est passablement sablonneux. Le Maine fait parti de la Nouvelle-Angleterre et sont les véritables poumons de l'Est américain. Rien n'est comparable selon moi à proximité de Québec. Des lacs et des rivières d'une grande pureté qui méritent des séjours plus souvent depuis que j'ai fait l'acquisition de Béa, ma fidèle van. Ce soir je dors dans un magnifique couvert végétal à Blanchard sur le bord de Piscataquis River et de l'Appalachian Trail. Tout est luxe, calme et volupté.


25 août|

Samedi matin je partirai en vanlife avec le soleil aux États-Unis précisément en Nouvelle-Angleterre. Je débuterai mon "road trip" au Maine dans les Appalaches, mon terrain de jeu préféré à proximité de Québec. Je parcourrai plusieurs états pendant plusieurs semaines avec mon cyclotouriste et mes bottes de randonnée. Je redécouvrirai des endroits calmes et sauvages évitant ainsi la campagne électorale au Québec et serai de retour le 3 octobre pour faire mon devoir en allant voter. Si on a besoin de mon opinion je demeure disponible mais je passe mon tour devant le spectacle médiatique de la rentrée. Je suis fatigué des informations exaustives, je fais une indigestion de cette mise en scène qui année après année prend la forme de l'obsolescence. Je serai occupé ailleurs au pays de l'Oncle Sam revisitant quelques lieux qui me sont chers. Je respecte les politiciens en général car ils ne font pas une tâche facile et je participe à la démocratie en faisant mon devoir de citoyen. J'ai horreur des menteurs et tricheurs populistes et opportunisme à la sauce trumpiste. 


Nous ne serons jamais indépendant au Québec car en 70 nous avons décidé de ne pas nous affranchir du Canada. Je respecte ce choix et considérant la démographie actuelle et je juge qu'il est trop tard pour revenir en arrière. Certes on peut devenir davantage autonome avec rigueur et discipline, chose que nous commençons d'explorer après des décennies de laxisme. Les sociétés en général deviennent de plus en plus conservatives et le danger actuel est le populisme et l'ignorance. Les élections américaines influencent largement la politique canadienne, les prochaines années seront cruciales dans le monde concernant l'environnement, les ressources naturelles, les dictatures et la corruption.


Il est temps pour les québécois de cesser les querelles stériles afin de s'unir collectivement sans perdre de vue sa propre spécificité aux prochaines années. Les divisions seront néfastes pour l'avenir de la société, nous n'aurons plus les moyens de nos ambitions à ce train là. Il y a trop de partis politiques actuels au Québec pour le nombre de citoyens, cela entraîne la division de l'électorat.  Nous devons assenir l'admistration publique et la politique pour une plus grande efficacité humaine, économique et énergétique. Sur un autre aspect nous devrons réfléchir et poser des règles en rapport avec l'utilisation d'internet et des médias sociaux pour les générations futures car des gens souffriront éventuellement, ceci est mon humble opinion. Je n'affirme en aucun temps détenir des vérités absolues mais en m'exprimant subjectivement avec un soupçon d'ironie je m'accorde bonne conscience en évitant de refouler sistématiquement mes émotions et mes idées.
 

Je termine sereinement ma soirée avec une bibliographie de Soren Kierkegaard, philosophe et écrivain danois (1815-1855). Kierkkegaard affirmait "que seule la subjectivité est la réalité. Il ne s’agit pas avant tout de chercher ce qu’est le monde mais de comprendre comment je peux faire de ma vie une expression de la vérité. La vérité c’est l’authenticité de ma vie et non un discours vrai sur l’existence. La vie la plus authentique se trouve dans un recueillement qui exclut toute dispersion au sens où l’individu ne peut se découvrir qu’en opérant un mouvement d’intériorisation. À quoi me servirait-il de connaître le monde et ses éléments si ma propre vie en reste inchangée ? Ce qui compte c’est la connaissance en tant qu’elle peut transformer ma vie. Pour Kierkegaard c’est mon histoire qui est importante, le singulier et non le collectif". Je ne croyais pas il y a quelques temps pouvoir assimiler cette littérature philosophique et existentielle. Est-ce le mouvement d'intériorisation dont parle le philosophe qui fait son oeuvre  ? Une chose est certaine c'est qu'une transformation  pacifique s'effectue en ce moment chez moi.